Tours

Grève du 5 décembre, J-3 : le point sur la situation en Indre-et-Loire

Plusieurs informations sont déjà disponibles.

Quelle sera l’ampleur du mouvement ?

Difficile de le dire pour l’instant mais depuis plusieurs semaines, syndicats comme médias annoncent une grève massive contre la réforme des retraites ce jeudi 5 décembre. Le gouvernement s’y prépare aussi, au point qu’un séminaire a été organisé dans la soirée du 1er décembre. Un dimanche, c’est plutôt rare. Objectif affiché : annoncer que le travail sur le texte est toujours en cours afin « de l’améliorer. » C’est d’ailleurs l’élément de langage N°1 de la majorité : assurer que les décisions ne sont pas prises, qu’il reste de la marge pour la négociation. L’enjeu est de taille car plusieurs professions envisagent une grève dure, donc reconductible. Et l’exécutif redoute cette issue à quelques semaines de Noël, vu que l’économie a déjà souffert à la même période l’an dernier pendant le mouvement des Gilets Jaunes.

A trois jours de la date fatidique, les informations sont encore parcellaires. Néanmoins, on commence à avoir une idée de l’ampleur des perturbations :

  • Un préavis de grève a été déposé chez Fil Bleu à Tours. A priori il n’est pas reconductible. Le détail des perturbations sur les bus et le tram sera dévoilé ce mardi 3 décembre en fin de journée.
  • A la SNCF, la grève est reconductible. Les réservations de billets sont souvent bloquées jusqu’au 9 décembre. Le trafic pourrait être nul ou quasi nul sur plusieurs lignes. Les prévisions de trafic détaillées seront connues ce mardi à 17h. Fait rare : la compagnie a convoqué les médias à une conférence de presse pour présenter son dispositif.
  • De nombreuses écoles informent les parents d’une fermeture totale des établissements, autrement dit que l’ensemble du corps enseignant sera absent. On peut au moins citer l’école George Sand de Tours. Situation similaire à Chambray, Amboise ou Loches pour plusieurs établissements. Au lycée Jean Monnet de Joué, un représentant syndical s’attend aussi à une grève particulièrement suivie, sur fond d’une réforme des filières et des programmes qui est mal acceptée. Ce qui s’ajoute à la crainte de perdre en revenus avec la réforme des retraites prévue par le gouvernement.
  • Les mairies mettront en place des services minimum d’accueil pour les enfants qui n’auront pas cours… Mais ce n’est pas simple à organiser puisque les personnels municipaux aussi sont appelés à se mobiliser. A Tours, le site de la Charpraie accueillera les élèves. Concernant les crèches, un regroupement des bébés est à l’étude selon l’ampleur de la mobilisation.

Attention ! A Tours, il n'y aura pas de bus pour emmener les enfants à La Charpraie. Les enfants devront être déposés et récupérés par les parents. Les familles devront aussi fournir le pique-nique pour le midi et s'inscrire mercredi entre 9h et 17h30. Pour cela il faudra appeler le 02 47 21 64 18 ou 02 47 21 69 92.

  • Le syndicat Unité SGP Police (FO) se joindra au mouvement de 10h à 15h en appelant à une fermeture symbolique de l’Hôtel de Police de Tours, à des interventions juste sur appel d’urgence ou à ne décerner aucun PV. Les représentants des forces de l’ordre profitent de cette journée de grogne pour rappeler leurs revendications centrées notamment sur le manque d’effectifs.
  • Les avocats sont appelés à ne pas plaider au tribunal de Tours pour défendre leur régime spécial, présenté comme excédentaire.
  • Des perturbations à l’Assurance Maladie avec fermeture des sites de Château-Renault, Chinon et Descartes. Ouverture l’après-midi à Tours et Joué.

Une manifestation intersyndicale partira à 10h de la Place de la Liberté à Tours. On pourra estimer que la mobilisation est vraiment massive si plus de 5 000 personnes rejoignent ses rangs.