Tours

Tours labellisée « Terre de Jeux 2024 ». Mais au fait ça veut dire quoi ?

On vous explique tout.

A moins de venir d’une planète lointaine, impossible d'y échapper : Paris accueillera les Jeux Olympiques en 2024. Après plusieurs échecs (2004 avec Lille, 2008 et 2012 avec Paris), la France sera le pays hôte du plus grand événement sportif du monde pour la troisième fois, 100 ans après sa dernière édition hexagonale (Paris 1924).

Cet événement est voulu comme populaire par le Comité d’Organisation qui souhaite ouvrir ces Jeux 2024 au-delà du territoire parisien et francilien. C’est dans ce cadre qu’a été lancé le label « Terre de Jeux 2024 » pour lequel les collectivités territoriales de province étaient appelées à candidater quelle que soit leur taille.

La ville de Tours n’a pas manqué le coche et a fait part de son intérêt. Il faut dire qu'étant à 200km de la capitale, elle espère bien être de la fête. S’il est exclu d’accueillir une épreuve, la capitale de Touraine veut devenir le camp de base d’une équipe nationale et essaye de mettre en avant ses atouts. Parmi les pistes envisagées il y a le volley, sport roi dans cette ville qui a déjà reçu des phases de préparation de l’équipe de France, mais aussi le Brésil ou encore les Etats-Unis dans le cadre d’un match amical. La municipalité y croit d’autant plus qu’un projet de restructuration et d’agrandissement de la salle Grenon est prévu d’ici 2023 (même si on n’en entend plus trop parler ces derniers temps...). Autre possibilité : recevoir une équipe de rugby à VII, grâce à la bonne réputation du tournoi Howard Hinton Sevens. Un projet porté par l’US Tours, soutenu par la CCI et les collectivités locales. Tout est d’ailleurs déjà pensé pour l’éventuelle délégation qui viendrait en Touraine avec des nuitées au château Belmont et des entraînements au stade de la Chambrerie.

Si la ville se porte candidate c’est qu’elle espère des retombées économiques. Et pour mettre toutes les chances de son côté, elle a donc candidaté au label « Terre de Jeux 2024 », qu’elle a obtenu. Une fierté... mais au final cela apporte quoi ?

A l’heure actuelle... pas grand-chose. Près de 1 000 collectivités avaient candidaté selon le comité d’organisation des JO 2024 et environ 500 ont été retenues, des petites communes (un village des Vosges de 149 habitants) aux plus grandes comme le département du Loir-et-Cher par exemple. Une première sélection extensible

Avec ce label, le comité d’organisation explique : « Les collectivités labellisées s’engagent à développer des actions pour promouvoir le sport et les Jeux auprès de leurs habitants, dans le respect de la Charte olympique et de la charte éthique de Paris 2024. » Concrètement, on n’en sait pas beaucoup plus sur ce que cela apporte, si ce n’est que le label Terre de Jeux 2024 permet aux collectivités territoriales « de proposer leur candidature pour intégrer la liste officielle des Centres de Préparation aux Jeux (CPJ) en parallèle » lit-on sur le site du comité d’organisation présidé par Tony Estanguet. 

En clair, ce label permet à la ville de Tours d’être toujours dans la course pour recevoir une délégation nationale lors des JO 2024, ni plus ni moins.

Mathieu Giua