Tours

La ville de Tours ne veut plus d'animaux sauvages dans les cirques

Une décision du conseil municipal.

"Bravo à toute l'équipe du cabinet de Christophe Bouchet qui travaille sur le sujet depuis deux ans et à Emmanuel Denis (EELV) pour l'avoir inscrit à l'ordre du jour" : la réaction de Code Animal dès mercredi soir après le vote du conseil municipal de Tours. Mis sous pression depuis longtemps par les militants animalistes, les élus de la première ville d'Indre-et-Loire ont décidé de marquer leur opposition à la présence d'animaux sauvages dans les cirques accueillis sur le territoire communal.

Le débat a donc été inscrit à l'ordre du jour via un voeu de l'opposition porté par Cécile Jonathan (PS) et Emmanuel Denis (EELV) : "Sensible aux questions de bien-être animal, une partie grandissante de nos concitoyens s’interroge et remet en question la présence d’animaux sauvages dans les cirques itinérants. Les connaissances scientifiques de plus en plus fines concernant les besoins physiologiques et comportementaux des animaux plaident également pour une interdiction de la détention et l’utilisation d’animaux dans des spectacles de cirque" estiment les élus qui soulignent que d'autres villes tourangelles ont déjà exigé l'absence d'animaux dans les cirques en visite pour des représentation (Monts, La Riche, St-Pierre-des-Corps, Richelieu, St-Quentin-sur-Indrois...). Paris ou Rennes se sont également positionnées.

Considérant "que les spectacles de cirque contiennent des numéros imposant aux animaux des exercices contre-nature obtenus au prix d'un dressage reconnu comme étant incompatible avec les impératifs biologiques des espèces" ou que "les conditions de détention et de dressage des animaux occasionnent a ces derniers des pathologies avérées tels des troubles cardiaques", Emmanuel Denis et Cécile Jonathan proposaient donc que le conseil municipal demande officiellement une loi nationale interdisant les animaux sauvages dans les cirques et la sollicitation de contrôles vétérinaires systématiques lors de l'arrivée d'un cirque à Tours.

La majorité du maire de Christophe Bouchet a validé la démarche avec un amendement indiquant que "la ville de Tours ne souhaite plus voir s'installer sur son territoire les cirques et spectacles ayant recours à des animaux sauvages dans le cadre de représentations publique. La ville de Tours encourage au contraire l'émergence d'un cirque nouveau (...) au profit d'un public exigeant qui met en avant les talents des artistes et les nouvelles technologies."

Rappelons que le Festival International du Cirque de Tours Métropole initié en 2017 à la Gloriette bannit les animaux sauvages de son programme depuis sa 2e édition en 2018.