Tours

Minute de silence, gratuité de la cantine... Le résumé express du conseil municipal de Tours

On a suivi la séance du 13 novembre.

Avant-dernier conseil municipal de l’année ce mercredi soir à l’Hôtel de Ville de Tours. Voici ce qu’il s’est passé...

 

Moment de recueillement...

La réunion s’est ouverte par une minute de silence en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis (130 morts) tout juste 4 ans après ces attaques. Le maire de Tours a également souhaité rendre hommage au soldat français mort en opération au Mali le 2 novembre dernier.

 

Coup de gueule...

Le conseiller municipal Nicolas Gautreau - candidat de la liste Les Indépendants pour les élections municipales de 2020 - a critiqué l’habitude du maire de Tours d’ouvrir la séance par des points qui ne sont pas inscrits à l’ordre du jour : « Nous n’avons rien et ça pose un problème pour l’organisation des débats. Normalement les conseillers municipaux doivent avoir les éléments nécessaires 5 jours avant le conseil municipal. » Pierre Commandeur (LREM) évoque lui un comportement « cavalier » regrettant d’apprendre l’existence de certains débats dans la presse.

 

« Où en sommes-nous ? »

La question du maire de Tours aux élus d’opposition qui ont saisi la Chambre régionale des comptes pour dénoncer le budget insincère de la ville à cause d’une ligne de comptes prévoyant la vente du CFA des Douets à Tours Métropole, pas encore actée. David Chollet et Pierre Commandeur (LREM) ont indiqué qu’ils le feraient. Et que ce serait public.

 

Jeune public...

Une classe d’ados a assisté à la soirée politique. Mais comme elles sont longues les séances avec les élus tourangeaux, le groupe a simplement pu suivre le débat sur la rénovation des Halles avant de rentrer à la maison.

 

Quel avenir pour la cantine à Tours ?

Comme nous l’évoquions ce week-end dans un autre article, la ville de Tours confirme son intention de remplacer la cuisine centrale actuelle située aux Fontaines par une nouvelle cuisine centrale construite en commun avec le CHU de Tours. D’une surface de 4 000m² elle serait construite sur le site du futur hôpital Trousseau de Chambray avec la possibilité de fabriquer jusqu’à 4 millions de repas par an.

L’élu d’opposition du groupe Les Démocrates Nicolas Gautreau a regretté que d’autres communes de Tours Métropole ne soient pas impliquées dans le projet : « nous aurions pu rationnaliser la gestion de ce service, cela aurait permis une cartographie des besoins quitte à construire plusieurs cuisines pour assurer une certaine proximité. » Le maire de Tours Christophe Bouchet a répondu qu’un tour de table avait été fait. Malgré des contacts avec Joué ou St-Pierre-des-Corps, aucune démarche n’a abouti.

David Chollet (LREM) a lui regretté que les parents d’élèves ne soient pas plus impliqués dans l’élaboration de ce projet et suggéré qu’il y ait au moins une gratuité pour les personnes les plus modestes, une proposition défendue par le candidat LREM aux élections municipales de 2020 Benoist Pierre. Cela a entraîné un long débat en séance. Christophe Bouchet a tranché : il est contre, « parce que cela dévalorise le service » dit-il notamment.

Emmanuel Denis (EELV) s’inquiète lui que le projet ne s’intéresse pas plus à la provenance des futures matières premières pour confectionner les repas (bio, approvisionnement...).