Tours

[Tête à tête] A quoi ça sert une Maison des Droits de l’Enfant en Touraine ?

Elle célèbrera ses 20 ans l’année prochaine.

[Tête à tête] ce sont des interviews courtes avec des personnalités qui font l'actualité en Indre-et-Loire.

------------------------

Jusqu’au 6 novembre, une exposition rassemblant des tableaux et sculptures sur le thème de l’enfance est à découvrir gratuitement à l’Hôtel de Ville de Tours. On peut s’y rendre chaque jour de 14h à 18h et à la fin les œuvres seront vendues aux enchères au profit de la Maison des Droits de l’Enfance de Tours.

La quoi ?

C’est un fait et même sa présidente le reconnait : elle a beau exister depuis très longtemps, la MDET n’est pas très connue du grand public. Alors on va tout vous expliquer en posant 3 questions à Ligaya Morland.

Pourquoi créer une Maison des Droits de l’Enfant à Tours ?

L’objectif était d’avoir une structure pour défendre les droits des enfants de 0 à 18 ans et des familles. Elle a été créée sous la forme d’une association le 20 novembre 2000, cette date correspondant à l’anniversaire de la signature de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant rédigée en 1989. Au démarrage, la MDET a été portée par le Kiwanis, le Rotary ou encore la Jeune Chambre Economique de Tours. Pour ma part j’y suis depuis 2014.

Quelles sont ses missions au quotidien ?

Premièrement l’intervention dans les établissements scolaires de la maternelle au lycée. Nous intervenons sur différents sujets… Aux plus jeunes, nous montrons des DVD pour expliquer ce qu’il faut faire ou ne pas faire comme monter dans la voiture d’un inconnu. Evidemment à cet âge-là c’est très basique. Avec les adolescents, nous abordons plutôt les dangers d’Internet et des réseaux sociaux, la maltraitance, le racket, les bons comportements avec l’importance de ne pas créer de clans… Comme nous ne sommes pas enseignants ou parents nous sommes plus facilement écoutés, et pouvons créer un dialogue. En plus de ces visites scolaires, nous organisons une à deux fois par an des reconstitutions d’audiences du tribunal pour enfants qui ont du succès car elles sont complètes en moins de 24h. La prochaine aura lieu le 21 novembre à la salle Petrucciani de Fondettes. Enfin nous participons à des manifestations comme la Quinzaine de la Parentalite.

On peut vous appeler si on a un problème ?

Bien sûr ! Nous sommes un point d’accès pour informer sur les droits des jeunes. Souvent les personnes qui nous contactent ne savent pas à qui s’adresser quand elles ont un problème, souvent après une séparation parentale. Alors on les conseille et on les oriente vers des psychologues, des avocats ou des juristes. Nous avons reçu 1 200 appels en 2018 un chiffre qui a tendance à baisser car nous sommes beaucoup sur le terrain : nos actions ont permis de sensibiliser plus de 3 000 personnes l’an dernier.

Plus d’infos sur http://mdetouraine.org