Tours

[En vitrine] Marion (et Moustache) ont ouvert un concept-store Rue des Déportés

Un magasin de déco constamment renouvelé.

Centre-ville de Tours. Entre la Rue des Halles et la Rue Néricault-Destouches, à deux pas de la Place de la Résistance et de la Rue Nationale… Voici la Rue des Déportés. C’est le paradis des concept-stores : il y en a 3 en 50m dont deux consacrés aux enfants. Au N°26, on pousse la porte de Constance Concept Store. La spécialité de cette boutique : la déco. Donc rien à voir avec le pressing qui était là avant et « qui était resté dans le style des années 70 ».

Derrière le comptoir – un vieux buffet de récup’ en partie évidé – Marion. « Constance c’est mon deuxième prénom et celui de ma grand-mère » précise-t-elle.

Originaire de La Rochelle, Marion a 30 ans. Elle est arrivée à Tours il y a deux ans en provenance d’Orléans lorsque son mari a été muté (il travaille pour EDF). Du commerce elle en a déjà fait pour une grande enseigne de magasin de sports, mais avant ça elle a également suivi des études pour être infirmière. Passionnée de déco « comme ma mère et comme ma sœur », elle a donc lancé sa propre entreprise.

« La tendance actuelle c’est le mélange d’ancien et de moderne. C’est ce que j’ai fait dans la boutique avec de vieux meubles chinés – qui ne sont pas à vendre, même si on me le demande souvent – et les produits de marques que j’ai repérées. »

Chez Constance, ambiance bougie parfumée et musique crachée par une vieille radio, « qui n’est pas à vendre non plus. » A tout moment Moustache – 4 ans – peut sortir de sa niche pour venir dire bonjour. « Elle reste avec moi, comme ça elle n’est pas seule à la maison. »

Marion a sa définition du concept-store :

« Ça nécessite de chercher des marques qui sortent de l’ordinaire et que l’on ne va pas trouver ailleurs. Je n’ai aucun stock, tout est en magasin. Le but est de proposer des nouveautés régulières pour encourager les clients à revenir. »

Sur les tables et étagères : une vingtaine de marques… Des vases danois inspirés des flacons de produits ménagers (!), des nœuds papillons, des hochets pour les enfants, quelques produits cosmétiques, des toiles peintes par le papa de Marion, des trousses de toilette faites par une copine du Jura, des cartes, des affiches… « Je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux pour trouver de nouvelles marques. Notamment sur Instagram et Pinterest. Mes critères ? Principalement des marques françaises et européennes, si possible qui fabriquent leurs produits en Europe. Et puis avec des prix accessibles : ici il y a beaucoup de choses à moins de 50€. » Dans l’avenir, la boutique devrait proposer des ateliers, par exemple pour créer des couronnes de fleurs. En attendant, après seulement 10 jours d’ouverture, elle a déjà permis à quelques personnes d’acheter leurs cadeaux de Noël.