Tours

Agriculteurs et retraités : un mardi de manifestations en Indre-et-Loire

Deux rassemblements prévus en matinée.

Si vous prenez un train à Saint-Pierre-des-Corps ce mardi 8 octobre entre 6h et 8h vous ne pourrez pas les rater : des agriculteurs comptent manifester devant la gare à l’appel du syndicat UDSEA et des Jeunes Agriculteurs. Ce mouvement fait suite à une première action menée il y a quelques jours, avec l’ambition de dénoncer « l’agri-bashing » : « le gouvernement continue, dans ses actions, à stigmatiser les agriculteurs et à prendre des dispositions qui vont à l’encontre du bon sens. Pire, cette manière d’agir conduit à monter la population contre les agriculteurs et leurs pratiques » peut-on lire dans un communiqué des organisateurs, qui fait notamment référence à la volonté de l’Etat d’imposer une zone sans traitement chimique entre les champs et les maisons.

Pour leur rassemblement, les agriculteurs tourangeaux ont prévu de distribuer gratuitement des fruits et légumes de leur production ainsi que des tracts expliquant leurs revendications. Ailleurs dans la région, les paysans ont fait le choix de mettre en place des barrages filtrants.

« Les agriculteurs n’en peuvent plus et veulent dire non. Non à la stigmatisation permanente des pratiques agricoles, non à la surtransposition de normes et lois franco-françaises. Non aux accords commerciaux destructeurs » lit-on encore dans le communiqué intersyndical.

Un peu plus tard, à Tours, autre cortège et autres revendications : les retraités seront dans la rue à l’appel de plusieurs syndicats. Le défilé partira de la Place Jean Jaurès à 10h pour remonter la Rue Nationale (tram sûrement perturbé), puis il empruntera la Rue Colbert avant de redescendre vers la préfecture.

Pas moins de 9 syndicats appellent à se joindre à ce mouvement réclamant notamment la suppression de la CSG pour tous les retraités, alors que le gouvernement a déjà reculé par rapport à son projet initial en annulant la hausse de cette cotisation pour les personnes touchant moins de 2 000€ de retraite par mois. Globalement, l’intersyndicale réclame une hausse des pensions avec un minimum à hauteur du SMIC mais aussi « l’embauche immédiate de 40 000 personnes comme le demande le personnel des EHPAD et des soins à domicile. La prise en charge de la perte d’autonomie à 100% par la sécurité sociale et l’ouverture d’un droit universel dans le cadre d’un grand service public de l’aide à l’autonomie. »