Tours

Vélos disparus et ascenseurs en panne : les (longs) bugs d’Indigo à Tours

Certains usagers s’impatientent.

Février 2018, ils débarquent un peu partout à Tours. Des vélos blancs et violets aux couleurs d’Indigo. Indigo Weel est alors un service novateur, permettant d’emprunter un vélo grâce à une application smartphone puis de le reposer (presque) n’importe où à Tours, La Riche ou Saint-Pierre moyennant 50 centimes la demi-heure. Le service est assez fiable, le nombre de vélos conséquent… Il semble globalement séduire les utilisatrices et utilisateurs.

Mais – un peu comme les trottinettes électriques de Paris dont on parle beaucoup – on se rend vite compte que tout ne se passe pas comme prévu. Des vélos finissent dans la Loire ou le Cher, d’autres sont volés, beaucoup sont dégradés… Au bout de quelques mois, Indigo Weel met alors un nouveau modèle en circulation avec un panier censé être plus robuste mais surtout un cadenas renforcé et une obligation pour les usagers : prendre une photo en déposant le vélo pour vérifier que la location s’est terminée dans les règles. Apparemment ça n’a pas suffi : depuis cet été, l’application est inutilisable, se contentant de nous prévenir d’un retour prochain du service.

A Tours, Indigo Weel commence sérieusement à manquer à celles et ceux qui l’utilisaient régulièrement ou ponctuellement. Pour gagner du temps entre deux rendez-vous, ou pour rentrer de soirée quand les bus et le tram ont arrêté de circuler et qu’on n’a pas de voiture à dispo. On s’habitue vite à ce genre de petit confort, puisque plus de 700 vélos avaient été déployés.

Nous avons essayé de joindre Indigo Weel à plusieurs reprises, ils n’ont jamais daigné nous répondre. Ils l’ont fait à nos confrères de la NR indiquant que les vélos seraient redéployés avant la fin de l’année de façon progressive et avec une sécurisation accrue. « Ils vont revenir » assure également le maire de Tours Christophe Bouchet. On ignore si des gestes commerciaux seront proposés aux personnes qui avaient une petite cagnotte préchargée sur l’application…

Autre problème qui concerne Indigo, signalé par un de nos lecteurs : des pannes récurrentes et prolongées de l’ascenseur du parking Anatole France, en haut de la Rue Nationale. « Le personnel Indigo chargé de répondre à nos questions nous demande d’emprunter les rampes d’entrée ou de sortie des voitures sans prendre en compte les impacts sur la sécurité des personnes, et le fait que les rampes sont tout simplement interdites aux piétons. Quel dénigrement pour les personnes à mobilité réduite et/ou avec des enfants en bas âge » déplore cet homme qui a tenté de contacter l’entreprise pour régler la situation, manifestement sans succès. Là aussi, nous avons cherché à en savoir plus. Mais notre mail n’a pas eu droit à une réponse…