Tours

Gastronomie à Tours : pas de festival, mais des conférences

La première dès cette semaine.

Les conférences du jeudi soir commencent à se faire un nom à Tours. Les Jeudis de la Santé se préparent à une nouvelle saison dès le 10 octobre à 18h30 dans la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville de Tours avec une soirée gratuite autour de la maladie d’Alzheimer, suivie d’une autre sur la prise en charge des victimes de violences en novembre. L’an dernier, la ville a dupliqué l’expérience avec un programme loin d’être inintéressant : les Jeudis de l’Architecture, dans le cadre desquels on pourra assister à une conférence sur la Renaissance à Tours le 3 octobre.

Jamais deux sans trois : voici maintenant les Jeudis de la Gastronomie.

Un jeudi tous les deux mois, la ville propose 1h30 de conférence et d’échanges autour d’un thème lié à l’alimentation, le 1er d’entre eux étant « Mangeait-on mieux en 1900 » ce jeudi 19 septembre, puis « Mangerons-nous encore de la viande demain ? » le 14 novembre, « Le bio est-il vraiment bio ? » le 6 février et enfin « La cuisine française fait-elle toujours rêver ? » le 14 mai. Les expert(e)s invité(e)s seront – pêle-mêle – une chercheuse du CREDOC, un sociologue, une critique gastronomique, une éleveuse…

Ce programme a été édité en partenariat avec l’IEHCA, l’institut qui pilote aussi le projet de la Cité de la Gastronomie. D’ailleurs le bâtiment qui l’abrite sur le Boulevard Béranger – la Villa Rabelais – sera très bientôt en travaux de rénovation.

Quant au festival Planète Goodfood dont on nous avait annoncé le lancement, rien de nouveau à l’horizon. Tours Evénements préfère se recentrer sur des événements existants comme le Mondial du Fromage (prochaine édition en 2021) et Ferme Expo. Le salon de l’agriculture tourangeau organisé en novembre va d’ailleurs évoluer progressivement à partir de cette année, en attendant de vrais changements pour son édition 2020. « On veut en faire un événement d’éducation au goût avec un hall vraiment dédié à la gastronomie et le repositionner aussi autour du vin, ce qui c’était perdu » annonce Cécile Estivin, l’élue en charge du sujet. Officiellement l’idée d’un festival à part est « toujours en réflexion » mais sans que l’on ait grand-chose de concret à se mettre sous la dent pour l’instant.