Tours

[A chaud] Les tarifs de Fil Bleu bientôt corrigés ?

Pour ne plus pénaliser une partie des abonnés.

Depuis le 1er août, Tours Métropole a mis en place une nouvelle grille tarifaire pour les transports en commun. Mesures phares : un abonnement moins cher pour les étudiants, des abonnements à prix réduit pour les familles les plus modestes, des tarifs moins élevés pour les enfants et les ados mais une hausse du pass tout public désormais vendu 45€ par mois, au lieu de 39€50.

Cliquez ici pour prendre connaissance de l’ensemble des tarifs du bus et du tram de Tours

Les élus de l’agglomération avaient adopté cette réforme à l’unanimité… Mais ils n’avaient pas anticipé sa mise en application. Du coup, dès le 1er août, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer la hausse de leur abonnement, notamment des personnes sans emploi ou des familles nombreuses. La polémique est vite devenue politique, la gauche demandant un réexamen de la mesure.

On vous résume toute la polémique dans cet article

Ce sujet assez épineux s’est invité dans la séance de questions réponses d’une réunion publique dédiée au projet de rénovation du quartier Maryse Bastié, à l’ouest de Tours. Une habitante interroge le maire :« On nous dit que la voiture ça pollue mais le bus coûte plus cher, mon abonnement a nettement augmenté » déplore-t-elle, vite applaudie par une salle très bien remplie.

Christophe Bouchet lui a répondu :

« On sait que des gens sont lésés par le nouveau système. Je l’entends et c’est très désagréable. Nous avons eu une réunion sur le sujet lundi à la Métropole et nous travaillons sur des correctifs que l’on pourrait mettre en place dans les semaines qui viennent. On va essayer de gommer les cas défavorables sans impact sur les personnes qui ont bénéficié d’une baisse comme les étudiants. Nous devons rectifier le tir pour les populations qui subissent une sévère augmentation de leur abonnement. C’est un problème sur lequel on s’est repenché, on réexamine les grilles pour faire les correctifs nécessaires avec d’autres méthodes de calcul. »

Pas plus de détails pour l’instant, par exemple sur la possibilité de remettre en place un tarif dédié aux demandeurs d’emploi. Également interrogé sur l’hypothèse d’un réseau 100% gratuit, le maire de Tours a refusé l’idée indiquant que l’achat de billets et d’abonnements rapportait actuellement 25 millions d’€ qu’il faudrait continuer de trouver via d’autres moyens, y compris des hausses d’impôts pour tout le monde. Un débat qui ne fait sans doute que commencer car plusieurs voix politiques locales sont favorables à une telle mesure déjà mise en place à Aubagne ou à Dunkerque.