Tours

[A chaud] EHPAD à Tours : après la grève, des moyens en plus dès le 1er décembre

La ville et la CFDT ont trouvé un accord.

Ce mercredi matin, on comptait une cinquantaine de personnes rassemblées devant l’Hôtel de Ville de Tours. Des agents des 4 EHPAD en grève pour dénoncer un manque de personnel et la dégradation de leurs conditions de travail dans les maisons de retraite médicalisées. « Et encore de nombreuses personnes ne peuvent pas être là car elles ont été assignées » nous explique une représentante de la CFDT, le syndicat qui a déclenché le mouvement.

« Tous les jours il y a des tâches que nous n’arrivons pas à accomplir » déplore Khadija, en rappelant qu’une première grève avait déjà eu lieu en 2016. « A chaque grève nous obtenons un peu de renfort mais nous en avons besoin à moyen et à long terme. Le personnel est épuisé à tous les niveaux. » Parmi les problèmes identifiés : la difficulté de trouver du personnel compétent, formé, et qui reste en poste un certain temps : « Aujourd’hui nous tournons en permanence avec 30 à 50% de contractuels » poursuit la salariée de la ville.

Le personnel semble avoir été entendu par la municipalité : les élus sont venus à la rencontre des manifestants, avant d’organiser une réunion pour trouver des solutions au conflit. « Leur mouvement est légitime » commente ainsi la 1ère adjointe Marion Nicolay-Cabanne en annonçant avoir trouvé un accord avec la CFDT. Sa rédaction a entraîné une levée de la grève dès le début d’après-midi mercredi. Par ailleurs il n’y aura pas de retenue de salaire pour le personnel mobilisé.

Concrètement, la ville de Tours s’engage sur 4 axes pour améliorer le fonctionnement de ses EHPAD :

  • Travailler à l’amélioration des plannings
  • Renforcer les recrutements
  • Etablir un plan de mobilité interne pour les agents
  • Nommer un directeur adjoint pour les 4 EHPAD, chargé de la mise en place de la réorganisation

« Le but est de dégager du temps aux cadres de santé. Ces mesures seront mises en place à partir du 1er décembre » nous indique Marion Nicolay-Cabanne qui reconnait que le fonctionnement des maisons de retraite était « grippé » depuis une dizaine d’années. « Nous restons vigilants » conclut pour sa part la CFDT.

Météo locale

Recherche

NOUVEAU...

BIENTÔT...

SPORT...

MIAM DU FUTUR...