Tours

[#MIAM] Un coup de cœur coréen Rue Courteline

Une institution enfin chroniquée.

Ce samedi 7 septembre 2019, la guinguette de Tours accueille une journée consacrée à la Corée du Sud en partenariat avec trois associations locales qui ont pour ambition de mieux faire connaître la culture de ce petit pays d’Asie qui a une communauté en Touraine. C’est gratuit avec des animations tout l’après-midi, et une soirée musicale. On a profité de l’occasion pour écrire sur un établissement dont on nous a beaucoup parlé, que certains membres de la rédaction connaissaient déjà, mais qui n’avait pas encore été recensé dans cette rubrique dédiée aux tables ligériennes.

Alors direction Vanne, au 26 Rue Georges Courteline, à 2 minutes à pied de la Place de la Victoire.

A l’image d’une autre table asiatique réputée de la ville – le Nobuki – ce petit restaurant ouvre uniquement le midi, de 11h45 à 15h (sauf le mercredi et le dimanche). Et il vaut mieux y réserver sa table pour être sûr de pouvoir y déjeuner. L’accueil y est tout simplement adorable, probablement l’un des plus attentionnés de la ville, avec en prime un bel effort de pédagogie pour une clientèle qui n’aurait pas l’habitude des spécialités coréennes.

Pour la décoration, c’est sobre, vert, un peu sombre mais chaleureux. On remarque immédiatement les serviettes biodégradables. Un compromis entre les serviettes non recyclables et celles en tissu réutilisables à l’envie.

Mais ce qui nous rend impatients c’est la nourriture… Le menu du midi est à un prix dans la moyenne des formules du quartier, en l’occurrence 16€ pour une entrée et un plat. Commençons donc par les raviolis au poulet (que l’on aurait pu prendre aux légumes), grillés comme on les voit dans d’autres restaurants asiatiques (un jour il faudra qu’on vous parle de Shunfa Raviolis). A tremper dans la sauce soja c’est tout doux. Mais comme il n’y en a pas beaucoup ils ont un sacré goût de revenez-y…

Heureusement le plat est beaucoup plus consistant, que ce soit le Bi-Bime-Bap (photo, avec son œuf) ou le Boul-Go-KI Dup-Bap. On a pris le second, avec la précision de notre serveuse : le bol de riz se place toujours à gauche, on en place un peu dans la cuillère, on ajoute le concombre mariné (succulent concombre mariné, vraiment !), un peu de chou asiatique, puis la viande de bœuf avec ses légumes et champignons baignant dans une sauce soja. C’est un mélange sucré salé qui vaut le détour, qui rassasie. La viande est de qualité, savoureuse. Les racines de lotus dans leur sauce sucré-salé méritent à elles seules qu'on vienne s'attabler.

On peut compléter ce déjeuner par des boissons dont on n’a pas l’habitude (alcool de prune, alcool de fruits rouges coréens), évidemment du thé ou un dessert type tiramisu au yuzu.

Ah, une dernière chose : tirez fort la porte, elle résiste un peu.