Tours

[Rencard] Sarah, la Tourangelle qui crée sa marque de cosmétiques

3 crèmes de jour avec des produits bio et locaux.

[Rencard] c’est une façon différente de découvrir les Tourangelles et les Tourangeaux. On s’intéresse à leur actu, mais on leur pose aussi des questions un peu fofolles.

Sarah Goléo a 30 ans, deux enfants et un boulot d’ingénieure à Tours dans une grande entreprise du secteur de l’énergie. Titulaire d’un bac S, elle a fait 5 ans d’études de chimie dont une école parisienne avant de revenir à Tours car c’est notre région qu’elle préfère. Maman d’une petite fille de 3 ans et d’un bébé de 6 mois, elle a mis a profit ses congés maternité pour élaborer un nouveau projet professionnel : la création d’un trio de crèmes de jour à la composition minimaliste. Dans ses flacons, des huiles de Touraine (chanvre, noisette, tournesol et sésame), et quelques autres produits naturels, bio, ou locaux. La marque s’appelle Odaloire, elle n’est pas encore officiellement commercialisée mais une campagne de préventes commence ce mois-ci via Ulule.

Pour mieux connaître Sarah Goléo, on a eu envie de lui poser quelques questions surprenantes… Voici ses réponses...

Pourquoi avoir créé des crèmes de jour plutôt que des parfums ou du produit de maquillage?

C’est la première fois qu’on me pose cette question… Je ne supporte plus les produits cosmétiques du commerce qui me donnent des rougeurs ou des boutons mais la crème de jour ça reste ma routine, je ne peux pas m’en passer. Et puis c’est un produit complexe à réaliser, donc il y avait un certain challenge pour y arriver.

Vous avez décidé de vous passer des huiles essentielles qui ne sont pas recommandées pour les femmes enceintes ou les enfants. Vous avez vraiment arrêté complètement ?

Non, j’en utilise encore contre les mites dans les placards. Mais je n’en mets qu’une goutte !

Avec vos crèmes, une seule pression suffit pour le visage ou les mains. C’est rapide. Mais vous, combien de temps vous passez dans la salle de bain ?

Avant les enfants ? 30 minutes. Maintenant 5. Mais je ferme la porte et ce sont 5 minutes à moi. Sinon je suis irritable !

Vos crèmes sont parfumées avec des extraits naturels de cassis, de géranium ou de verveine. Et sinon, il y a un savon avec une odeur particulière qui vous plait ?

Non. Simplement, pourvu qu’il ne sente pas trop fort ! Par exemple je ne peux plus passer devant une parfumerie sans avoir mal à la tête. J’ai arrêté d’en utiliser, pareil pour le maquillage. J’applique simplement ma crème tous les matins.

A LIRE AUSSI : Le portrait de Sarah Goléo sur 37 degrés

Sur une échelle de 1 à 10 à quel point êtes-vous coquette ?

Je dirais 5 !

Vous chantez quoi sous la douche ?

Un peu de tout… Ça peut être du Céline Dion mais aussi La Reine des neiges. Les enfants m’ont contaminée !

Vous avez terminé vos études de chimie en 2012 et c’est votre passion… Mais en vrai, vous avez galéré ?

Une fois aux partiels j’ai eu 6. La catastrophe ! Mais je m’en suis mieux sortie aux rattrapages, et j’ai eu 13. En fait j’aimais beaucoup la chimie, je ne voyais pas le temps passer. Pour moi ce n’était pas du travail. C’est pour ça qu’aujourd’hui encore je peux m’y mettre le soir, entre midi et deux ou le week-end. Cela fait un an que je travaille comme ça sur les formules des crèmes Odaloire.

Votre marque rend hommage à la Loire, vous dîtes être une amoureuse de notre région… Quel est votre coin préféré au bord du fleuve ?

A 300m de chez moi, entre le Pont Mirabeau et la bibliothèque. C’est très vert, sauvage, il n’y a pas grand monde, on voit les plages et les oiseaux. J’aime beaucoup aller me ressourcer là-bas. C’est aussi là que j’ai fait les photos pour la promotion de mes crèmes.

La page Facebook d'Odaloire est ici

Vous souhaitez proposer des cosmétiques écologiques… C’est quoi votre repère bio dans l’agglo ?

Le magasin Tours en Ferme à côté du Super U de Joué-lès-Tours car ils ont de super produits locaux.

Et la dernière fois que vous avez plombé votre bilan carbone ?

On a été à Paris en voiture alors qu’on aurait pu prendre le train… Mais bon, avec les enfants ce n’était plus facile.