Tours

[En vitrine] Du thé, des jeux, des poutres et de super pralines chez Tronche de Cake

Un salon de thé qui veut tendre vers le zéro-déchet.

[En vitrine] c’est votre nouvelle rubrique dédiée à l’actualité commerciale tourangelle : les ouvertures, les tendances, les bons plans… Vous saurez tout !

L’odeur titille immédiatement les narines quand on franchit la porte : Maryse est en train de terminer une livrée de pralines… « Des amandes et du sucre, rien d’autre. » La jeune femme de 28 ans (quasi 29) les enferme dans leur bocal avant de s’asseoir pour l’interview : « C’est tout simple à faire mais on n’en voit pas beaucoup, à part dans les foires ou les épiceries fines. »Elle a raison et c’est bien dommage. Ajoutons que les siennes sont vraiment bonnes. A 4€ les 100g, elles ont vite été dévorées.

Les pralines, c’est une des nombreuses choses que Maryse propose à la carte de Tronche de Cake. Ce salon de thé remplace un salon de tatouage Rue Bretonneau à Tours, à 3 minutes de la Place Plume et autant de la fac des Tanneurs. C’est un petit établissement au calme comptant une vingtaine de places assises, avec un 1er étage au charme fou puisqu’il a de grosses poutres apparentes + des chaises et tables basses en mobilier de récup’.

Avant d’ouvrir en juin, Maryse a suivi des études dans le secteur de l’hôtellerie à Blois… puis des études dans la finance. Originaire d’Indre-et-Loire (du côté de Ste-Maure), elle a travaillé 7 ans « dans la compta » à Paris avant d’en avoir marre : « Je savais que je reviendrais dans la restauration. Quand on aime ça, ça reste. » Alors elle a passé un CAP pâtisserie en 2018, travaillé dans une grosse maison parisienne et lancé son projet à Tours. Dans son petit atelier, elle confectionne cookies, brownies ou cakes, affectionnant le travail des fruits secs, des noisettes ou des noix.

« Je pourrais ne manger que du sucre. Je suis aussi fan du citron et du praliné. »

Un salon de thé c’est un lieu de vie. Sur la grande table du rez-de-chaussée, Maryse a déposé une série de jeux d’ambiance. Les bouquins ne sont pas loin, quelques dessins à elle aussi + une fleur de thé dessinée par un ami.

« J’ai voulu faire un endroit cosy qui ne ressemble pas à un showroom de Maisons du Monde. »

Ce qu’on aime, c’est que Tronche de Cake s’engage pour l’environnement et la réduction des déchets : « J’utilise des farines bio, du sucre bio, des œufs fermiers, des produits de la Laiterie de Verneuil… Les serviettes sont en tissu et j’encourage les gens à venir avec leurs propres mugs pour les boissons à emporter, voire leurs propres sacs pour les pâtisseries. Et des boîtes pour acheter du thé en vrac. »

Ah, oui, le thé… On aurait presque oublié d’en parler ! Il vient de chez George Cannon : « C’est une maison française, une PME dont la façon de fonctionner correspond à l’esprit de la boutique. Les thés sont sélectionnés par les personnes qui y travaillent. J’en propose une douzaine, assez frais pour l’été, et je renouvellerais l’offre en fonction des saisons. Ils seront par exemple plus gourmands et plus ronds en automne. »

Tronche de Cake est ouvert en journée du lundi au samedi, dès 9h pour le petit déj’ en attendant une petite offre salée pour le midi.

Olivier Collet