Tours

EN IMAGES : La Loire à Tours, tellement sèche, parfois tellement sale

A certains endroits il n'y a plus du tout d'eau.

Dans le centre-ville de Tours la Loire fait environ 600m de large. Mais depuis plusieurs semaines, le lit du fleuve s'est fortement réduit au point qu'à certains endroits, on peut en traverser une grande partie sans même mettre les pieds dans l'eau.

Météo France prévoit bien quelques averses cette semaine et quelques autres la semaine suivante mais on sait bien que cela ne sera pas suffisant. Depuis ce lundi 29 juillet à minuit, la préfecture d'Indre-et-Loire restreint les prélèvements de l'eau de la Loire, après le Cher, l'Indre ou la Choisille. Pas encore en crise, le fleuve est néanmoins en alerte et l'absence de fortes pluies cet automne et cet hiver n'ont pas arrangé la situation.

Certains bancs de sable qu'on avait l'habitude de voir disparaître après l'été sont aujourd'hui très larges, parfois la végétation commence à s'y installer. Cet hiver la Loire n'a pas vécu de crue.

Alors on se retrouve en cette fin juillet - à presque deux mois de la fin de l'été - à un niveau vraiment bas empêchant certains bateaux de naviguer; Du côté de Tours-sur-Plage, on peut facilement traverser vers l'Île Simon. Et surtout, en aval du Pont Napoléon, une immense étendue de sable et de cailloux remplace l'eau. Il ne reste que quelques flaques d'eau stagnante remplies d'algues avec une odeur de vase parfois intense.

Si cette baisse du niveau de l'eau crée de nouvelles plages qui peuvent être appréciées pour se poser, elles sont gênantes pour la faune et la flore. La température de l'eau augmente réduisant l'oxygène disponible pour les poissons, par exemple.

Autre problème : l'accès facilité de certaines zones entraîne le dépôt de déchets. On a ainsi vu énormément de mouchoirs voir de résidus de pique-nique.

Une fois l'eau revenue, elle entraînera tout sur son passage, et se retrouvera polluée.

Quelques images en aval du Pont Napoléon ce dimanche 28 juillet :

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...