Tours

[Municipales 2020] Tram, périphérique, associations… : les premières propositions de Mickaël Cortot

Il fait campagne sous la bannière « Projet citoyen pour Tours ».

Qu’est devenu l’ancien patron du Parti Socialiste en Indre-et-Loire ? Réponse : il envisage de se présenter aux élections municipales de Tours en mars 2020. Mickaël Cortot fait campagne ostensiblement ces dernières semaines, après avoir mené un travail en sous-main pendant un an et demi à base d’ateliers participatifs ou de réunions d’appartement.

A LIRE AUSSI : Le portrait de Mickaël Cortot sur 37 degrés

Baptisé « Projet citoyen pour Tours », son mouvement embarque déjà quelques dizaines de personnes, avec à ses côtés pour figurer sur une liste Micheline Bouquet – venue du monde de l’éducation – ou l’ancien directeur Commerce de la ville de Tours, Jean-Louis Renier. Leur démarche s’affiche clairement à gauche, avec un travail « sur des valeurs républicaines, citoyennes, humanistes, de progrès, en adéquation constante avec les préoccupations et lmes désirs des habitants. »

Des indemnités d’élus en baisse de 10%

Si l’association n’exclue pas un accord avec d’autres prétendants également intéressés pour remporter l’Hôtel de Ville, elle agit pour l’instant en autonomie avec la publication de premières propositions. Sur le plan de la démocratie locale, elle souhaite 4 conseils de quartier à Tours (un par canton) composés de personnes tirées au sort sur la base du volontariat ou directement sur les listes électorales. S’inspirant du chantier de la Passerelle Fournier reliant Velpeau au Sanitas, elle souhaite des concertations élargies sur les grands projets urbains et demande que les conseils de quartier aient la capacité de saisir le conseil municipal sur des sujets précis. Comme d’autres candidats, l’idée d’un budget participatif est avancé (1,5 million d’euros par an). On trouve également l’idée d’obliger les élus à répondre aux courriers de la population ou l’instauration de référendums locaux.

Par ailleurs, « Projet citoyen pour Tours » réclame une baisse de 10% des indemnités des élus afin de redéployer cette somme vers des associations (pour qui les salles redeviendraient gratuites). Enfin, le mouvement plaide pour qu’un poste élu dédié à la participation citoyenne soit attribué en conseil municipal.

Pas de bouclage du périphérique

L’équipe de Mickaël Cortot a également dévoilé quelques idées sur le thème des transports, plaidant en particulier pour un aménagement particulier du Boulevard Béranger qui doit recevoir les rails de la seconde ligne de tramway. Elle souhaite des rails uniquement d’un côté pour le dédier aux circulation douces (et aux riverains). De l’autre côté du mail, la circulation automobile se ferait en double-sens avec stationnement de part et d’autre. Autre idée : ne pas desservir le quartier Plessis-Botanique de La Riche mais plutôt l’entrée de Bretonneau via le Boulevard Tonnelé, Mame et la Place Ste Anne.

A LIRE AUSSI : Le trombinoscope des candidats aux municipales sur 37 degrés

Globalement pour les transports, l’ex socialiste et ses soutiens voudraient développer un réseau départemental garantissant un seul changement maximum entre n’importe quel point de l’Indre-et-Loire et le centre de Tours, ou alors un changement maximum entre Tours et n’importe quel point de l’agglo. Sur le périphérique, l’association veut bien un prolongement jusqu’à la clinique de l’Alliance pour y installer un parking relais et le terminus d’une ligne de tram qui rejoindrait Tours, mais rien de plus.

Enfin, « Projet citoyen pour Tours » milite pour une « ville forêt » en plantant encore plus d’arbres dans les rues. Une idée dont elle devrait dévoiler les détails d’ici la fin de l’année.

Olivier Collet

 A LIRE AUSSI : Notre dossier complet sur les Municipales 2020

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...