Tours

[Municipales 2020] Un échantillon de programme pour Philippe Lacaile

Il envisage de présenter une liste lors du prochain scrutin.

Philippe Lacaile est un ancien directeur général des services de la ville de Tours, celui qu’on appelle « le DGS » dans le jargon administratif. C’est l’un des postes les plus hauts placés de la ville, et il l’occupait à une époque où le socialiste Jean Germain était encore maire. Désormais, il se lance en politique avec une association baptisée Tours en Mouvement. En action depuis quelques mois, elle revendique une bonne cinquantaine de membres et travaille à l’élaboration d’un programme, sans exclure un rapprochement avec d’autres initiative.

Découvrez le portrait détaillé de Philippe Lacaille sur 37 degrés

Alors que de plus en plus de candidats sortent du bois à 9 mois du scrutin, Philippe Lacaile avance également ses pions ces dernières semaines pour se faire une place au sein de l’échiquier politique local. Il teste ses idées. On peut le situer au centre-gauche, il a discuté un peu avec les socialistes, doit rencontrer prochainement les écologistes et veut aussi échanger avec La République En Marche.

Très critique vis-à-vis de l’action menée depuis 2014 par les maires Serge Babary (Les Républicains) et Christophe Bouchet (centriste), il décrit une ville de Tours « à l’arrêt », « sans vision » avec des annonces de projets (Les Halles, les bords de Loire…) semblables à « des effets d’annonce. »

Un centre-ville débarrassé des voitures certains jours ?

Son objectif serait que la ville de Tours s’implique plus dans l’activité de l’agglomération via Tours Métropole avec plus de mutualisations de services pour plus d’efficacité et moins de dépenses.

Il veut axer sa campagne sur trois axes :

  • Développement-recherche-innovation pour accélérer la croissance de l’université et financer la création de nouveaux labos de recherche ;
  • La transition énergétique avec l’ambition de faire une ville « zéro carbone » (sans fixer d’échéance) via des routes construites avec un goudron antichaleur et antibruit, encore plus de rues limitées à 30km/h… Philippe Lacaille veut tester ponctuellement un centre-ville interdit aux voitures et booster les travaux d’isolation des bâtiments publics
  • La démocratie participative via une charte des projets citoyens, 5% des investissements consacrés à un budget participatif pour réaliser des actions voulues par la population (soit 1,5 million d’€ par an) mais aussi l’intégration de citoyens volontaires tirés au sort dans certaines instances comme le Conseil de Développement qu’il voudrait voir posséder plus de pouvoirs

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...