Tours

StorieTouraine, 12/06/19 : vols de motos sous les yeux des propriétaires, 4 députés agacés par les problèmes de TGV, une mission anti-déchets à Tours…

Et la droite tourangelle qui tente de sauver les meubles.

Chaque jour la StorieTouraine rassemble les infos importantes de la journée en Indre-et-Loire et on la met à jour si nécessaire. Voici l’édition de ce mercredi :

 

Attention aux vols de motos…

La gendarmerie d’Indre-et-Loire a recensé deux vols de motos dans des circonstances préoccupantes pour les victimes le week-end dernier à Véretz et Neuillé-Pont-Pierre. A chaque fois les véhicules ont été volés lors d’essais. Les malfaiteurs avaient en fait demandé à tester le véhicule, prétendant vouloir l’acheter. Conseils pour éviter ça : demander une pièce d’identité aux acquéreurs potentiels ou un justificatif de domicile. Ne pas se contenter d’un véhicule car celui-ci peut aussi être volé.

 

Les suites du gros bug de TGV…

Mardi, les usagers de la ligne TGV Tours-Paris (4 000 abonnés) ont subi les conséquences de l’arrachage d’une caténaire vers Vendôme avec d’énormes retards toute la journée (entre 1h et 6h). Ce mercredi le député LREM tourangeau Daniel Labaronne et ses collègues Philippe Chalumeau, Fabienne Colboc et Sabine Thillaye demandent un rendez-vous à la ministre des transports « pour aborder la question des tarifs et des retards ». Il faut rappeler que la ligne est l’une des plus chères de France et l’une des moins ponctuelles selon plusieurs études.

 

La droite tourangelle tente de sauver l’union…

Depuis le score très bas du parti Les Républicains aux élections européennes du 26 mai, ça fait grise mine à droite. Démission du président Laurent Wauquiez, départ de Valérie Pécresse, absence de ligne politique claire… La droite est dans les choux et paye ses divisions. En Indre-et-Loire, elle tente de sortir la tête de l’eau avec un communiqué commun signé du président du Conseil Départemental Jean-Gérard Paumier et du président de Tours Métropole Philippe Briand, tous deux encartés chez LR. Etonnant : leur texte n’a pas été transmis via le parti… mais directement par le Conseil Départemental. Pourtant il ne parle que de politique en tentant de montrer qu’en Touraine, droite et centre arrivent à travailler ensemble localement (sauf à Tours, où la majorité se déchire)…

Extraits : « le déni, le verrouillage national des débats internes LR pour comprendre comment on en est arrivé là, le choix d’une ligne droitière qui l’a divisé, et a éloigné de lui une partie du Centre, ont rétréci et isolé LR. (...) Nos électeurs ne comprennent pas ce grand écart entre nos pratiques locales de travail en commun, constructif, qu’ils apprécient et les clivages politiques nationaux systématiques qu’ils rejettent. Comme beaucoup d’élus locaux LR, nous vivons ce malaise depuis 2 ans, avec un sentiment d’impuissance et de gâchis pour nos militants et nos électeurs. »

Jean-Gérard Paumier et Philippe Briand veulent donc emboiter le pas du président du Sénat Gérard Larcher qui croit pouvoir refonder une union.

 

Un référendum pour Aéroports de Paris ?

Dès ce jeudi 13 juin, citoyennes et citoyens pourront signer la pétition pour demander un référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris. Pour ou contre la fin de la gestion publique d’Orly et Roissy ? Le sujet a déclenché un vaste débat : le gouvernement y est favorable mais de nombreux partis politiques s’y opposent, à droite comme à gauche. Ils ont donc lancé une démarche pour obtenir un référendum mais elle ne sera validée que si 4,7 millions de signatures sont rassemblées. En Touraine, la France Insoumise lance une campagne pour les recueillir, sachant que le parti est contre les privatisations en général. Il estime qu’il faudrait rassembler 8 000 signatures à Tours et 25 000 en Indre-et-Loire. L’idée étant de les réunir en 9 mois. Après ce délai, la procédure sera annulée.

 

Une campagne pour la propreté à Tours…

« Tous les chemins mènent à la Loire » clame un slogan dévoilé ce mercredi par la ville de Tours. La municipalité lance une campagne de lutte contre les déchets qui peuvent polluer la nature, comme les mégots de cigarettes. Elle avance quelques chiffres : 4 000€ de coût par kilomètre et par an pour ramasser les déchets qui traînent dans les rues, 685 000€ pour nettoyer les trottoirs avec chewing-gums incrustés, 105 000€ pour débarrasser l’espace public des dépôts sauvages genre encombrants… Au total, 45€13 par habitant et par an à Tours. Sachant que les actions citées ci-dessus sont passibles de 68€ d’amende.

Du 15 au 23 juin la ville va donc lancer une campagne « de mobilisation et de sensibilisation » à la propreté avec distribution de cendriers de poche ou de feuillets à chewing-gums par le Conseil Municipal des Jeunes. Elle promet aussi la création d’un label « commerçant citoyen » avant la fin de l’année ou un service de signalement des dépôts sauvages via Internet

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...