Tours

Ce qu’on a aimé (et moins aimé) à Vitiloire 2019

Le salon des vins et de la gastronomie a eu beaucoup de succès ce week-end.

135 vignerons, 45 appellations représentées, des milliers de bouteilles ouvertes… De Bourgueil à Chinon, des côteaux du Vendômois au muscadet… Vitiloire est clairement un grand rendez-vous tourangeau pour les amateurs de vin. Ça s’est vu dès samedi Boulevard Heurteloup et dans le jardin de la Préfecture : beaucoup de monde autour des stands. Nous aussi on s’est baladé sur place… Bilan :

 

On a aimé… le beau temps :

Avec un samedi un peu plus ensoleillé que prévu initialement, il y avait de quoi attirer du monde sur Vitiloire. Jusqu’à en faire déborder les allées et créer de longues files d’attente avant de pouvoir rencontrer certains professionnels. C’était aussi l’occasion d’une pause dans l’herbe du jardin, avec un sandwich et son verre. On en a vu beaicup des gens allongés au soleil (ou à l’ombre) : ç’aurait été dommage de s’en priver.

 

On a moins aimé… les chutes de pollen :

Et plouf, dans le verre ! Ou dans les cheveux, c’est selon. Mais bon qu’on s’entende bien : on ne va pas couper les arbres ou faire Vitiloire en février à cause de ça, hein.

 

On a aimé… la diversité du public :

Beaucoup de monde de tous âges pour profiter de Vitiloire 2019. Amateurs, connaisseurs ou néophytes. Forcément à un moment tu croises quelqu’un que tu connais.

 

On a aimé… l’espace dédié aux néo-vignerons :

Cette année, 4 professionnels récemment installés ont été invités à Vitiloire pour y faire découvrir leurs millésimes. Du rosé, du blanc, du rouge… Vin nature ou non : une palette de bouteilles à découvrir, et bien placées en plus, face à l’entrée du Vinci. Un coup de cœur parmi eux : le domaine de la Jacquelinière (en chinon et bourgueil).

 

On a aimé… les fontaines à eau :

Parce que c’est bon aussi, l’eau. Surtout s’il fait un peu chaud.

 

On a aimé… la sympathie des vignerons :

Souvent souriants, désireuses et désireux de parler de leur travail.

 

On a moins aimé… la disparition du restaurant des jardins de la Préfecture :

Cette année, pas d’ouverture de la partie privée des jardins de la Préfecture pour Vitiloire, alors que c’est l’endroit où l’on pouvait faire les meilleures expériences culinaires via un restaurant éphémère (et même un bar à vieux millésimes il y a quelques années, idée géniale malheureusement jamais renouvelée).

D’ailleurs, plus globalement, la partie gastronomique de Vitiloire semble s’être appauvrie. Et quellle tristesse de voir un exposant sortir un sachet de patates congelées d’une grande marque internationale dans un événement qui se revendique « salon de la gastronomie »…

 

On a aimé… le tiramisu au pain d’épices :

Chaque année des chefs viennent à Vitiloire pour faire découvrir leur style, leurs techniques. Par exemple Emmanuelle Lezeau-Roublin de Villandry (Le Bout du Monde, restaurant et jardin) avec un pain d’épice mascarpone et petits fruits tout fin et gourmand sans avoir mis beaucoup de sucre. A marier avec un très bon côteaux du layon.

 

On a aimé… les prix doux :

Avec beaucoup de bouteilles entre 5 et 7€ pour des vins déjà très qualitatifs.

 

On a moins aimé… le manque de mise en valeur des vins bio et nature :

Pas toujours faciles à repérer, pourquoi ne pas leur créer un espace dédié ? La signalétique globale pourrait d’ailleurs être améliorée avec des enseignes plus lisibles pour présenter les stands, surtout lorsque l’affluence est importante.

 

Enfin on a aimé… cette jolie robe rose :

Un enterrement de vie de jeune fille, sans doute ?

Photos : Claire Vinson

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...