Tours

[#MIAM] Les petits biscuits tourangeaux qui bannissent le sucre ajouté

La marque Néogourmets est en plein essor.

A une époque il y avait une fromagerie dans une maison de la Rue du Bocage à Saint-Cyr-sur-Loire. C’est désormais une biscuiterie avec un four capable de produire 700 gâteaux à la fois dans le garage. En s’installant ici il y a deux ans et demi, Gaëlle et sa famille n’imaginaient pas en faire à la fois leur lieu de vie et leur bureau. Et pourtant...

Il y a une dizaine d’années on a diagnostiqué à Gaëlle des soucis au pancréas. La voilà contrainte de limiter tous les sucres. Donc adieu les produits ultra transformés où l’on en ajoute plein.

« Avant je mangeais très sucré. Je pensais qu’arrêter ce serait la catastrophe mais on s’y fait très bien. Plus on mange de sucre, plus on a envie de sucré. Moins on en mange, moins on en a envie. »

Maman de trois petits de 5, 8 et 11 ans, Gaëlle Hermange prévient : elle n’a pas renoncé à la gourmandise. Photographe de 36 ans originaire de Savoie, passée par une école de commerce, elle vit en Touraine depuis 5 ans après y avoir suivi son mari muté ici dans le cadre de son travail de commercial dans l’énergie. Un endroit qui leur plait... et où ils ont désormais créé leur entreprise... gourmande.

Début 2018, Gaëlle et David ont initié le projet Néogourmets :

« Le marché des produits sans sucre ne nous correspondait pas. Comme on faisait des biscuits à la maison on s’est dit qu’il y avait peut-être quelque chose à faire. C’est un grand virage mais on a tous les deux un profil pour entreprendre. »

Depuis janvier on peut donc acheter des petites boîtes en carton remplies de biscuits sablés ou moelleux parfum framboise, pomme-canelle ou encore chocolat. En attendant une extension de la gamme, dont une recette prometteuse mixant figue et noisette. Toutes ces compositions ont un point commun : pas de sucre ajouté. Juste des fruits pour apporter du sucre naturel, notamment des abricots secs privilégiés pour leur indice glycémique bas. Même la farine - intégrale - a été choisie ainsi pour sa faible teneur en glucides. Par ailleurs les fruits sont entiers, afin de garder les fibres. Certains ingrédients sont locaux (la farine, le beurre) d’autres bio (les fruits) et une partie des recettes vegan, avec huile de coco et farine de chia pour remplacer le beurre et les oeufs.

Verdict :

Maximum 14g de sucre pour 100g, deux fois moins que beaucoup de gâteaux en grande surface.

« Notre objectif c’est apporter des outils au consommateur pour manger moins de sucre au quotidien. On ne veut pas diaboliser le sucre. On sait tous que ce n’est pas bon pour la santé. L’idée c’est donc de montrer que l’on peut faire autrement. »

Vendus dès 4€ dans plusieurs boutiques tourangelles (Naturéo, Biocité, Le Marche de Léopold...) et jusqu’en Corse, les biscuits Néogourmets ont été salués pour leur innovation par le Centre Technique Agroalmentaire de Nantes et ont reçu une aide de la région Centre-Val de Loire pour leur lancement. 1 000 boîtes sont désormais produites chaque semaine.

D’ici un an, Gaëlle espère avoir déménagé dans un labo plus grand pour augmenter la production et proposer un point de vente direct au public, méthode de vente qu’elle a pu expérimenter avec son mari pendant la Foire de Tours 2019 en attendant le départ pour un grand salon professionnel parisien.

Bref, un planning bien chargé pour la petite entreprise avec deux jours de production par semaine (parfois des extras quand les enfants sont couchés), du marketing via les réseaux sociaux (des photos mais aussi des conseils d’une diététicienne et d’une nutritionniste) ou encore la recherche de nouvelles idées. Le couple surveille notamment les évolutions pour réduire les emballages et remplacer son sachat plastique par un contenant biodégradable ou commercialiser du vrac dans certaines boutiques.

Olivier Collet / Photos : Néogourmets

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...