Tours

Aéroport de Tours : nouvelle organisation pour les vols transportant des organes

Ce n'est plus l'armée qui s'occupera des permanences de nuit.

Quand il s'agit de défendre l'existence de l'aéroport de Tours, un argument arrive en priorité... avec peu de contestation : le maintien des vols pour transporter des organes à greffer, soit des avions qui peuvent décoller à toute heure du jour et de la nuit en lien avec le CHU.

Le CHU réalise près de 300 greffes par an et prélève les organes d’une cinquantaine de patients. Pour être réussies, ces interventions doivent se dérouler en un temps bien défini : par exemple, un cœur a une durée de vie de 4h entre le moment où il est retiré du corps du défunt et le moment où il est greffé dans celui du receveur. Pour un foie, c’est 8h. Et si le receveur compatible se situe loin de Tours, il faut impérativement prendre l’avion pour transporter l’organe et les médecins qui l’accompagnent. "Pour nous, l’aéroport est vital" notait le Dr Venhard interrogé pour 37 degrés et Info Tours.fr en octobre 2017. "On ne peut pas avoir une équipe de greffe et de prélèvement sans un aéroport."

Avec le départ annoncé de l'école de chasse pour Cognac en 2021, se posait la question du maintien des permanences nocturnes pour des activités sur la piste tourangelle. Aujourd'hui gérées par l'armée, elles vont être reprises par la société Edeis qui gère l'aérogare. Et sans attendre : "il était important de trouver une organisation pour assurer la pérennité de ces vols, qui sont un maillon essentiel dans la chaîne des secours. Le groupe Edeis, a recruté et formé deux collaborateurs (un agent de tour de contrôle « AFIS » et un agent d’exploitation) pour assurer l’accueil de ces vols 24h/24 et 365 jours par an avec un préavis de seulement 2h entre l’alerte et l’accueil du vol, y compris en pleine nuit. En moyenne, cela représente 75 missions par an, principalement de nuit" apprend-on ce mercredi dans un communiqué.

"A 17 reprises, l’aéroport a été utilisé par des équipes d’autres hôpitaux pour des prélèvements au CHU de Tours, dont 5 équipes de pays européens. Le CHU a aussi réalisé 276 greffes d’organe (...) Chaque année, 90 vols en moyenne sont nécessaires pour  le transport des équipes du CHU, celles d’autres établissements et le transport des greffons. Cette activité s’effectue surtout la nuit et le week-end pour des raisons de meilleure organisation" poursuit Edeis.

A noter que l'aéroport de Tours bénéficiera prochainement d'une tour de contrôle virtuelle pour gérer des mouvements d'avions à distance.

Météo locale

Recherche

NOUVEAU...

BIENTÔT...

SPORT...

MIAM DU FUTUR...