Tours

Le festival WET° revient à Tours : 5 pièces de théâtre immanquables ce week-end

Un texte culte, du tennis, un drame de chantier…

C’est le festival de théâtre tourangeau le plus audacieux, le plus enthousiaste et le plus défricheur. Pour la 4ème fois, le WET° va animer les scènes de Tours et de l’agglo pendant 3 jours, en particulier au Théâtre Olympi, au Volapück et à la Pleïade. Cet événement se prépare depuis un an, et ce sont les jeunes du programme JTRC (Jeune Théâtre en Région Centre) qui sont à la manœuvre. La moitié de cette équipe se renouvelle chaque année, et elle a pour mission d’aller traquer les jeunes créations pour les présenter à Tours. Ce qui implique de voir beaucoup de spectacles… et de se mettre d’accord sur des choix.

On a feuilleté la brochure avec beaucoup d’attention et on a sélectionné 5 représentations pour lesquelles vous pouvez prendre vos places sans hésiter…

Hamlet : si vous n’avez jamais vu Hamlet, c’est l’occasion. Le texte le plus célèbre de Shakespeare sera joué samedi à 21h puis dimanche à 11h au Théâtre Olympia, dans la grande salle. Evidemment, vous ne le découvrirez pas dans une version classique mais plutôt transformée par la compagnie Switree via une mise en scène de Roman Jean-Elie. Cinq comédiens interprètent Hamlet et les différents personnages de cette affaire de meurtre avec esprit de revanche. La pièce a été créée en 5 jours seulement, avec un autre défi : pas plus d’1h de spectacle. Gonflé.

Chantal, le grand chelem : voilà de quoi plaire aux fans d’Amélie Mauresmo, Venus et Serena Willimas. Et aux fans de Nadal ou Tsonga, aussi. Les non-sportifs sont aussi acceptés samedi à 18h au Volapück et dimanche à 18h30 au même endroit (quartier Paul Bert, tout près de la Rue Mirabeau). Une pièce de 55 minutes accessible dès l’âge de 10 ans, l’histoire d’une coach bombardée présidente de la Fédération de Tennis avec toutes les responsabilités que ça engendre. L’idée est de Barbara Atlan dont c’est le premier spectacle.

Je m’en vais mais l’Etat demeure : Hugues Duchêne est déjà passé à Tours en 2017. Il revient cette fois-ci avec un spectacle où vous risquez d’entendre les mots « Macron », « Juppé », « Fillon », peut-être même « Benalla ». Un meeting politique ? Non. Plutôt une sorte de comédie politique à base de souvenirs d’actualité que le jeune homme compile au fil du temps, en l’occurrence depuis la fin de l’année 2016. Et son spectacle ne cesse de s’allonger pour atteindre aujourd’hui 2h40 (représentation vendredi soir au Théâtre Olympia) ou alors 1h puis 1h40 à voir en deux épisodes samedi à 17h30 et dimanche à 15h.

Toi, tu creuses : La lose : travailler le 31 décembre ET être victime d’un accident. Cette pièce part de là, d’un drame sur un chantier. Plombant ? Plutôt captivant pour ce polar théâtral en partie improvisé. La mise en scène est signée Blaise Pettebone (déjà passé deux fois à Tours). C’est samedi à 17h à La Pleïade de La Riche et dimanche à 15h au même endroit.

Part-Dieu, chant de gare : voilà une pièce qui résonne avec l’actualité nationale, voire tourangelle. Il y est ici question d’un jeune de 16 ans venu du Congo et qui se retrouve livré à lui-même dans la grande gare lyonnaise (lieu de création du spectacle par Julie Rossello-Rochet et Julie Guichard). Il doit alors lutter avec les complexités administratives pour se faire une place, et la représentation a été montée suite à un témoignage authentique, celui de Theodor. A voir samedi après-midi et dimanche soir au Théâtre Olympia (15h le 1er jour, 21h le second).

 

Bonus : une soirée « bleue » (à laquelle il faut venir habillé(e) en bleu) est programmée dimanche soir dès 22h dans le hall du Théâtre Olympia. C’est gratuit.

 

Infos pratiques : tarifs souvent à 8€, 16€ pour l’intégrale de Je m’en vais mais l’Etat demeure. Tarif réduit à 5€ (-30 ans, étudiants…). Résas sur le site cdntours.fr.

Photo : Pierre Morel - Théâtre Olympia.

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...