Tours

13 chambres d’un hôtel de Tours transformées en salles de spectacle

Une performance artistique surprenante au pied du lit.

Tout près des Atlantes, le Point Haut de St-Pierre-des-Corps est devenu le centre névralgique des arts de rue dans l’agglo de Tours. Avec des événements comme la St Urbain ou la Blitz Witz Nacht en fin d’année dernière, il a montré qu’il savait rester populaire tout en proposant des projets artistiques innovants et non conventionnels. C’est une performance répondant à ces critères qui se prépare en ce moment entre les murs du pOlau, avant de se déplacer dans ceux d’un hôtel de Tours les 19 et 20 février prochains. Nous parlons ici d’Hôtel Obscura…

Depuis déjà deux semaines, le collectif marseillais La Folie Kilomètre, GK Collective et la compagnie Transplanisfère (de Paris) sont en résidence en Touraine pour créer un spectacle éphémère conçu pour un hôtel tourangeau, dont le nom restera mystérieux jusqu’à la dernière minute. L’idée originale vient d’une Australienne : Katerina Kokkinos Kennedy, une grande voyageuse qui voulait « mener un projet de coopération sur le thème de l’hôtel et de la création in situ » explique Bruno, l’un des artisans de l’aventure qui l’a rencontrée en 2013 en Croatie. L’idée : regrouper des artistes de divers horizons et de différentes nationalités en un même lieu pour qu’ils élaborent ensemble un programme unique et au final déstabilisant pour le public : « Katerina voulait développer la curiosité autour de ces endroits fascinants et pleins de fantasmes. Très internationaux, ce sont des carrefours de rencontres mais pourtant des bâtiments très anonymes où on ne fait pas tant de rencontres que ça... »

Après tout, en marchant dans le couloir d’un hôtel, qui ne s’est pas déjà demandé ce qu’il se passait de l’autre côté de la porte des voisins ? Une curiosité naturelle qu’Hôtel Obscura veut satisfaire le temps d’une soirée : « guidés par un homme illuminé, un certain Richard, les spectateurs seront invités à rencontrer des voyageurs présents dans l’hôtel. » Une expérience d’1h30 et une nouvelle façon de découvrir sa ville car on a rarement besoin d’aller à l’hôtel là où l’on habite, en gros l’hôtel fait ses portes ouvertes avec des clients-artistes.

En cours de montage depuis le printemps dernier et soutenu par un programme européen, le projet Hôtel Obscura nécessite évidemment une logistique particulière : « on réserve un tiers des chambres de l’hôtel et il faut faire en sorte de ne pas déranger les ‘vrais’ clients. » Par ailleurs, même s’ils viennent à plusieurs, les spectateurs seront incités à se disperser dans les couloirs, à faire des rencontres au hasard : « certaines performances seront scénarisées, d’autres feront plus appel à l’improvisation » raconte encore Bruno, qui a fait plusieurs repérages dans l’établissement avec les autres artistes, notamment pour rencontrer le personnel qui sera pleinement impliqué.

Hôtel Obscura, c’est donc une soirée qui mêle l’intime et le voyage, peut-être un certain voyeurisme mais surtout qui nécessite une large ouverture d’esprit, une sensibilité aux dialogues. Avant Tours, Athènes (en Grèce) et Vienne (en Autriche) ont développé des performances similaires. L’une autour du Continental d’Athènes : « on avait proposé une visite guidée autour de l’hôtel, sans rentrer dedans. C’était très particulier parce que cet établissement de luxe est au cœur d’un quartier très modeste qui est également un carrefour migratoire. » En Autriche, c’est au sein d’un hôtel tenu par des réfugiés pour des réfugiés que les compagnies ont élu domicile en proposant à leurs invités d’être en tête à tête avec des artistes, sur des créneaux de 20 minutes, « une succession de rencontres où ils choisissaient au hasard les numéros des chambres dans lesquelles ils se rendaient. » A vous désormais de réserver votre déambulation artistique nocturne le 19 ou le 20 février, à 19h, 20h30 ou 22h. Tarif : 10€, et réservations auprès de l’Office du Tourisme de Tours.

Olivier COLLET / Photo : David Gauffin - HKW - Berlin

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...