Tours Agglo

Le maire de Parçay-Meslay nouveau président de l’aéroport de Tours

Suite à la démission du maire de Tours Emmanuel Denis.

La démission du maire de Tours, Emmanuel Denis, de la présidence du Smadait, le syndicat mixte gérant l’aéroport de Tours a entraîné son lot de turbulences depuis jeudi dernier. En l’annonçant sans prévenir personne en pleine séance du Conseil Métropolitain, Emmanuel Denis a ouvert une crise qu’il fallait rapidement résoudre pour les financeurs de la plateforme aéroportuaire tourangelle (Métropole, Département, Région).

Depuis vendredi matin, les réunions, appels téléphoniques… n’ont pas arrêté. La situation était urgente, le Smadait devant remettre son dossier de certification de l’aéroport avant le 31 décembre. Finalement c’est dans le cadre d’une conférence de presse réunissant les trois présidents des intercommunalités partenaires, Wilfried Schwartz pour Tours Métropole, Jean-Gérard Paumier pour le Département et François Bonneau pour la Région, mais aussi le maire de Tours, Emmanuel Denis et celui de Parçay-Meslay, Bruno Fenet, que les élus ont voulu désamorcer le sujet brulant.

Première conséquence du départ fracassant du maire de Tours de la présidence : La réaffirmation de toutes les collectivités au soutien de l’aéroport. Il faut dire que l’enjeu est important alors que l’Etat doit céder pour un euro symbolique à la Métropole les 206 hectares autour de la piste tourangelle jusque-là occupés par la Base Aérienne. Pour Wilfried Schwartz l’aéroport est ainsi « un sujet passionné mais sur lequel nous avons tous beaucoup de points de convergence » explique-t-il en citant le fait de refuser de nouvelles lignes entrant en concurrence avec le train, ou encore la nécessité de garder « pour nos concitoyens » les lignes vers Porto ou Marrakech...

Du côté de François Bonneau, ce dernier tenait à « réaffirmer les engagements des collectivités » et l’importance de l’aéroport de Tours d’un point de vue touristique, en tant que « seul aéroport passager de la région ».

Jean-Gérard Paumier évoquait lui une « turbulence brève » désormais close, les trois collectivités s’étant accordés à voter à la prochaine réunion du Smadait pour la candidature de Bruno Fenet à sa présidence. Ce dernier maire de Parçay-Meslay avait allumé la mèche ayant entrainé la démission d’Emmanuel Denis, en accusant ce dernier de manque de transparence quand il a évoqué la fermeture des lignes vers Marrakech et Marseille en 2021. A lui désormais de fixer le cap de l’aéroport en lien avec le délégataire Edeis. Pas une simple affaire, l’aéroport se trouvant à un tournant de son existence avec le départ de l’Ecole de Chasse, la crise de l’aviation civile liée à la Covid-19, mais aussi les projets de développement de zones d’activités sur les 700 hectares l’entourant.  

MG