Tours Agglo

Tours Métropole lance (enfin) son plan climat

Objectif : qu’il soit prêt dans 3 ans.

Jusqu’à présent, Tours Métropole n’avait pas de plan climat, c'est-à-dire un document qui fixe les objectifs de l'agglo et les actions à mettre en place pour préserver l'environnement. Un manque souvent décrié par l’élu écologiste Emmanuel Denis quand il était opposant dans le précédent mandat. C'est le moment de corriger tout ça. Devenu, vice-président de la Métropole à la transition écologique et énergétique, l'élu a fait de ce plan climat son premier projet présenté au sein de l’assemblée intercommunale.

Un plan officiellement nommé Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) qui doit élaborer une stratégie visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, le renforcement de la séquestration carbone, la réduction de la consommation d'énergie, le développement des énergies renouvelables... C'est ce qu'on dans le document de présentation.

On le sait, les enjeux climatiques font partie des priorités premières du nouveau maire de Tours qui a rappelé quelques éléments clés du contexte mondial et local en propos introductifs, comme la répartition des émissions de gaz à effet de serre en France, dont 70% proviennent des transports, de l’industrie de l’énergie mais aussi des logements avec en cause les bâtiments dits « passoires thermiques. »

Si ce plan reste pour l’heure à l’état d’intention, ce que n’a pas manqué de faire remarquer Christophe Bouchet, l’ancien maire de Tours, jamais avare d’une petite pique à son successeur, Emmanuel Denis entend se montrer volontariste avec un plan prévu sur 3 ans : entre le diagnostic, le choix de la stratégie, du programme d’actions et sa mise en place. 

Pour Emmanuel Denis, il ne faut plus tergiverser, mais avoir une politique d’actions ambitieuses comme la réduction des déchets enfouis (ceux qu'on ne peut pas recycler) à diviser par deux d’ici 4 ans, selon le maire de Tours et le vice-président, également élu à Tours, Martin Cohen. Parlant d’un « langage de vérité », Emmanuel Denis évoque une « marche énorme il faut le dire, mais il faut s’en donner les moyens. » De son côté le maire de St-Cyr Philippe Briand, a mis en garde contre des « objectifs qui ne seraient pas réalisables. »

« On ne doit plus être au temps des annonces mais de l’action » a renchéri la Tourangelle Cathy Munsch-Masset. Il faut dire que le PCAET est obligatoire pour les intercommunalités depuis 2017…