Tours Agglo

Covid-19 : les associations culturelles s'adaptent également pour leurs cours et ateliers

Une nécessité à leur survie

Si l’on parle beaucoup de l’impact de la crise de la Covid-19 dans le monde de la culture à travers les annulations de concerts, de festivals ou de spectacles, le contexte sanitaire actuel a également d’autre répercussions.

Car la culture ne se résume pas qu’à la partie diffusion. Le milieu, composé dans sa grande majorité par des associations de territoires (villes, quartiers…), est en effet aussi impacté au quotidien, dans son travail

Et la crise l’oblige aussi à s’adapter dans ce domaine et entraîne là-encore ses complexités et incertitudes. C’est le cas par exemple pour la Tite Compagnie, structure de théâtre connue pour ses pièces comme « Le choix des âmes » ou « Les dents du peigne ». La structure dirigée par le comédien et metteur en scène Stéphane Titeca propose en effet à l’année de multiples stages et ateliers de découverte ou de perfectionnement à destination des enfants mais aussi des adultes. Et cette année comme pour beaucoup de structures, l’activité s’annonce plus compliquée que d’ordinaire.

« Nous avons choisi de relancer nos cours dès le mois de juin, c’était important pour nous, mais aussi pour nos adhérents » explique Stéphane Titeca. La Tite Compagnie a du s’adapter à la situation actuelle, en érigeant un protocole sanitaire précis. « Nous travaillons le plus possible en extérieur et ne faisons pas d’exercices avec contacts par exemple » poursuit Stéphane Titeca qui évoque aussi le port du masque (ou de visières pour les animateurs), le nettoyage des locaux à chaque fin de séance ou encore l’utilisation régulière de gel hydroalcoolique pendant les stages et ateliers.

Et cela a forcément un coût supplémentaire pour l’association, mais nécessaire selon notre interlocuteur : « On essaye de protéger nos salariés, nos adhérents mais aussi nos activités en les maintenant. »

Et Stéphane Titeca insiste en lançant un cri du cœur : « il faut qu’on nous laisse bosser, on ne fait pas prendre plus de risques aux gens que la SNCF ou les commerces. »C’est le message qu’il souhaite envoyer également à ses adhérents, sentant bien que l’ambiance actuelle pourrait freiner certains à l’idée de s’inscrire ou se réinscrire. « Pour l’instant chez les enfants, les inscriptions sont correctes, c’est plus difficile chez les plus grands et les adultes » raconte-t-il en espérant que cela va évoluer dans les prochains jours et prochaines semaines. 

Car ces activités qui contribuent à l’équilibre des associations culturelles sont bel et bien essentielles et une baisse constituerait une double peine avec l’impossibilité de tenir les spectacles. Sur ce domaine, la Tite Compagnie a malgré tout tenu à poursuivre son travail de création et prépare actuellement la première de son nouveau spectacle jeune public « Elina au pays des 7 lunes ». Ce sera à Chambray-lès-Tours le 14 octobre. « C’est un vrai risque mais si on n’essaye pas d’avancer on crèvera. Créer est une nécessité pour nos compagnies » analyse le créateur de la Tite Compagnie qui reste persuadé également que « les gens ont besoin d’espoir, de magie, c’est ce que nous pouvons leur offrir. »

Pour en savoir plus sur les stages et ateliers de théâtre de la Tite Compagnie : http://www.titecompagnie.fr

Photo à la Une : Image d'archive Tite Compagnie