Tours Agglo

La fermeture du pont Wilson aux voitures anime le conseil métropolitain

Pour rappel il sera coupé à la circulation automobile dès le 13 août.

Sans surprise, la fermeture du pont Wilson à la circulation automobile à partir du 13 août s’est invitée dans les débats du conseil métropolitain. La raison : vendredi dernier en conseil municipal de Tours, Emmanuel Denis avait justifié cette démarche en l’intégrant dans l’extension des pistes cyclables transitoires mises en place par l’intercommunalité depuis le mois de mai.

C’est l’ancien maire de Tours, Christophe Bouchet qui a lancé le sujet en interrogeant l’assemblée sur l’absence de concertation concernant cette décision, alors même que le sujet avait déjà été débattu en mai, puis rejeté car créant trop de contraintes selon lui.

"Est-ce qu’il y avait urgence à prendre ces décisions de façon autoritaire et sans transparence ?" s’est-il agacé en demandant un débat métropolitain. Pour Christophe Bouchet, cette décision est ainsi mauvaise dans sa forme mais aussi sur le fond, ce dernier craignant un basculement des flux automobiles vers les ponts Napoléon et Mirabeau, avec une congestion éventuelle, ainsi que dans certaines rues de Tours Nord.  

Il a été rejoint en partie par Philippe Briand sur le sujet qui bien que reconnaissant « à la municipalité de Tours le fait de tenir des engagements de campagne » s’est inquiété de la répercussion de la décision sur la population habitant au nord de la Loire.

Le débat s’est prolongé sur les mobilités, les élus actant dans leur grande majorité le fait qu’il fallait un schéma des mobilités ainsi qu’un nouveau Plan de Déplacement Urbain, pensé en lien avec le périmètre du Scot (Schéma de Cohérence territorial) et du département.

Une décision qui va dans le sens de l'histoire pour Emmanuel Denis

En revenant sur la prise de décision de fermeture du pont Wilson, le président de Tours Métropole a expliqué qu’elle n’avait pas lieu à être validée par la Métropole, puisque relevant des prérogatives du maire de Tours concernant l’interdiction de circulation.

Le maire de Tours, Emmanuel Denis a réagi de son côté aux attaques : « Nous faisons encore mieux qu’une concertation puisque nous proposons une expérimentation. » Et Emmanuel Denis de rappeler qu’il avait évoqué cette fermeture pendant la campagne municipale (ndlr : avant le deuxième tour) et que son élection a validé son programme reposant sur la transition écologique qui « implique des décisions importantes à prendre rapidement. »

Pour le maire de Tours, cette décision va « dans le sens de l’histoire », la circulation automobile étant responsable selon lui de « 30% des émissions de CO² ».

Emmanuel Denis qui a vu Christian Gatard, le maire de Chambray-lès-Tours, lui apporter son soutien : « Une ville apaisée est une ville qui rayonne encore plus » s’est ainsi exclamé le maire de Chambray-lès-Tours, en indiquant que cette décision était une bonne chose pour la décongestion de la pratique du vélo.