Tours Agglo

Sous un chapiteau ou dans un parc : face au Covid, la débrouille pour réunir des conseils municipaux

Exemples à Luynes et Notre-Dame-D'Oé

Une installation de conseil municipal ça arrive une fois tous les 6 ans, ce qui en fait naturellement un événement exceptionnel. Avec le coronavirus, c'est encore plus flagrant. Pour respecter la distance d'1m entre deux personnes, plusieurs communes ont dû délocaliser leur première réunion en dehors des salles de mairies. Par exemple Joué-lès-Tours a réquisitionné une grande salle au centre de loisirs La Borde et La Riche a opté pour sa salle des fêtes.

D'autres villes ont opté pour des solutions un peu plus étonnantes... D'abord à Luynes, mardi soir. Pour entamer son nouveau mandat, Bertrand Ritouret était sous le chapiteau du cirque Georget. L'idée n'était pas d'y proposer un spectacle politique mais de pouvoir rassembler tout le monde en cercle afin que les élus puissent se voir. C'était aussi une bonne façon d'accueillir du public, car ces séances doivent pouvoir être observées par la population qui est souvent nombreuse dans les gradins.

Le résultat est assez cocasse, et permet au passage de mettre en lumière les activités du cirque qui fait la renommée de la commune... Et qui est à l'arrêt par la force des choses.

Un peu plus au nord de la Métropole, autre lieu et toute autre ambiance. Le conseil municipal d'installation du nouveau maire de Notre-Dame-d'Oé aura lieu... dans le parc de l'hôtel de ville, ce jeudi à partir de 19h. Une heure idéale pour un pique-nique alors qu'on attend autour de 27° sous un grand soleil ce 28 mai. Ce n'est pas pour ça que le futur ex-maire Jean-Luc Galliot a fait ce choix. A la base, il voulait aller dans la salle de spectacle Oésia mais il y a renoncé en raison de la présence d'un campement de gens du voyage dont il a demandé l'évacuation à la préfecture... sans être entendu, ce qui a sérieusement agacé cet élu qui achève sa carrière politique sur un coup de gueule :

"Traitées par le mépris, toutes les demandes, alertes et propositions formulées par les élus sont restées lettres mortes. La situation ne cesse de se dégrader. Le droit à la différence, qui sera toujours défendu, ne justifie pas qu’un équipement public ne puisse être utilisé pour l’exercice de la démocratie."

C'est donc dans ce contexte que Patrick Lefrançois prendra la suite de Jean-Luc Galliot qui aurait dû poursuivre ses mandats métropolitains pendant quelques semaines encore mais, vu le contexte, il a choisi de présenter ses démissions dès vendredi (à l'agglo, à Touraine Propre...).

A noter que ce jeudi est le dernier jour installer les conseils municipaux élus le 15 mars, dans 239 communes d'Indre-et-Loire. Les 33 autres devront attendre début juillet pour voir les nouvelles équipes entrer en fonction.