Tours Agglo

[En vitrine] Inédit en Touraine : un drive sans emballages à Chambray-lès-Tours

Plus de 600 références et (presque) aucun déchet.

[En vitrine] c’est la rubrique d’Info Tours dédiée à l’actualité commerciale.

 -------------

Pour faire vos courses, plusieurs solutions : aller au supermarché et pousser votre chariot dans les rayons, faire le marché et sélectionner vos produits chouchous, commander en livraison ou récupérer vos courses dans un drive. Ce dernier procédé est de plus en plus populaire, prisé par des consommatrices et des consommateurs qui veulent gagner du temps en préparant leur chariot sur Internet avant d’aller chercher leur commande en entrepôt. La manœuvre ne prend que quelques minutes (et ça réduit fortement le risque que les enfants s’émerveillent devant le rayon des bonbons). Le drive, tellement pratique que toutes les grandes enseignes s’y sont mises, l’une d’elles a même ouvert un drive piéton aux Halles de Tours il y a quelques mois.

A deux pas d’un des plus gros hypermarchés du département, un nouveau concept de drive est en train de fignoler sa mise en place : Le Drive du Bon Sens. Installé sur 350m² au bout de la Rue des Frères Lumières de Chambray-lès-Tours, il ressemble à beaucoup d’autres confrères à un gros détail près : ici pas d’emballages à usage unique (à part les croquettes pour chiens et chats, vendues dans du papier kraft recyclable).

Ce drive zéro déchet est le 1er du genre en Touraine et même en Centre-Val de Loire. Un modèle importé de Toulouse où Le Drive Tout Nu est un véritable carton : un an après, il prépare l’ouverture de son 2e entrepôt. La déclinaison tourangelle est l’œuvre d’un couple : Cécile et Nolwen. Elle a quitté son job d’infirmière pour se lancer dans cette aventure et lui l’accompagne tout en conservant son emploi à Tours Nord.

« Mon mari a été le premier à se lancer dans la réduction des déchets » explique Cécile Auclair vite convaincue de l’utilité de la démarche au point d’en faire un projet de reconversion professionnelle : « Nous habitons à Thilouze et c’était difficile pour nous d’aller faire des courses en vrac jusque dans l’agglomération de Tours. » Un an plus tard, le magasin est prêt à ouvrir.

Comment ça marche ?

On passe sa commande sur Internet, comme n’importe quel drive.

On choisit un créneau pour récupérer ses courses du mardi au samedi de 11h à 20h. On peut prendre rendez-vous 2h après sa sélection, ou quelques jours plus tard selon ses dispos.

Les articles sont déposés directement dans votre coffre, avec des cagettes, des sacs en tissu ou des bocaux consignés (entre 0,50€ et 2€).

La fois suivante vous ramenez les bocaux vides, ils sont lavés sur place puis réutilisés pour d’autres clients. Pareil pour les cagettes. Les contenants de cosmétiques ou d’autres produits sont eux revalorisés d’une autre manière, par exemple pour y mettre des plantes.

Quand on pousse sa porte, Le Drive Tout Nu c’est donc un vaste entrepôt avec des cagettes jusqu’au plafond et des étagères de bocaux pleines à craquer. 600 références de produits sont disponibles dont 450 pour l’alimentaire. Essentiellement en provenance de Touraine ou de la région, presque tous bio. Il y a des pâtes, des légumineuses, des céréales pour le petit déjeuner, des terrines, du beurre, des yaourts, des fruits et légumes, de la bière, des plats cuisinés, des gâteaux, du chocolat, de la lessive, du shampoing… Peut-être de la viande dans le futur.

« On a passé tout l’été sur les marchés pour rencontrer les producteurs. Au final nous en avons sélectionné une quarantaine. On a tout testé, visité les fermes pour voir si le contact passait avec eux » explique Cécile Auclair. Les prix ? « Equivalent aux autres boutiques bio » explique la jeune femme. Les produits sont livrés directement au drive et mis en bocaux dans un petit labo, pesés pour avoir des poids standard (500g, 1kg…). Dans l’avenir il sera peut-être possible de commander exactement ce dont vous avez besoin (300g de farine, 2,2kg de pâtes) mais pour l’instant la logistique se met en place petit à petit. Le couple a recruté une personne pour l’accompagner, deux autres embauches sont envisagées en cas de succès.

Le Drive du Bon Sens devrait ouvrir au grand public courant mars après une phase de test auprès de 50 internautes : « Nous avons reçu plus de 700 demandes pour y participer » se félicite la patronne. Face à la demande, elle a également aménagé un coin snacking avec les plats cuisinés d’un traiteur, des boissons et des desserts. De quoi sustenter les personnes qui travaillent dans la zone du mardi au vendredi midi. 

Olivier Collet