Tours Agglo

[Municipales à St-Pierre-des-Corps] Jean-Marc Pichon : « Il faut donner envie d’habiter cette ville »

Le Macroniste est candidat aux côtés de 6 autres listes.

Le premier tour des élections municipales approche (dimanche 15 mars). Toute la semaine, Info Tours vous emmène à Saint-Pierre-des-Corps pour découvrir le programme des différents candidats. Aujourd’hui, Jean-Marc Pichon.

 --------------

Jusqu’à présent, Jean-Marc Pichon était dans la majorité conduite par la communiste Marie-France Beaufils, adjoint en charge des questions d’éducation. Mais depuis son élection en 2014 il s’est passé beaucoup de choses. L’homme est passé du PS à La République En Marche et Marie-France Beaufils a choisi de ne pas se représenter après plus de 40 ans de vie politique. Alors différents mouvements se testent en espérant prendre la relève. Dont Jean-Marc Pichon, qui conduit une liste aux côtés de 6 autres candidates et candidats. Il justifie sa démarche :

« J’ai le sentiment que sur un certain nombre de questions fondamentales il est temps que la ville dirigée par le PCF depuis un siècle passe à autre chose. Il faut ouvrir les portes et les fenêtres, faire rentrer d’autres pratiques de travail. On a commencé auprès des habitants dès la fin de l’été pour écouter leurs besoins. Moi je suis En Marche mais la liste Saint-Pierre changeons d’R ne l’est pas. Dessus seules 3 personnes sont à LREM. D’autres sont syndicalistes, d’autres encore encartés nulle part. Il y a des gens qui ont fait grève contre la réforme des retraites et d’autres non. »

Selon Jean-Marc Pichon, SPDC « tourne le dos à la Métropole ». La preuve, selon lui : « Le retard avec lequel on envisage le projet tram. Il y a eu du lobbying pour avoir la 2e ligne mais sur d’autres actions on traîne les pieds. » L’homme propose d’ailleurs un tracé différent de celui imaginé par plusieurs acteurs, reliant la gare de Tours à la Rabaterie puis à la gare TGV. Il plaide pour un tram-train qui partirait de Tours Centre jusqu’à la gare de Saint-Pierre avant de rejoindrer la Rabaterie puis l’Est de la commune côté La-Ville-aux-Dames. Autre idée : « Je veux reprendre le projet du Magasin Général abandonné en 2009. C’était un projet magnifique qui combinait habitat, économie, innovation, culture et loisirs. Je voudrais faire de ce lieu un des pôles de développement de la Métropole avec un marché aux puces, des artisans, des restaurateurs… et le relier à l’ilot central au milieu des voies SNCF. Il faut faire tomber les frontières. »

« On a des richesses et on ne s’en sert pas. »

Le candidat de Saint-Pierre Changeons d’R souhaite également s’engager pour changer l’image de la commune : « Quand on interroge les gens qui demandent des logements sociaux, ils disent qu’ils ne veulent pas venir. Il faut donner envie d’habiter Saint-Pierre-des-Corps. Et d’y venir via le projet du Magasin Général. Il faut aussi engager plus d’action avec les artistes de la commune. Ceux qui sont à la Morinerie on ne les voit jamais en ville. Nous avons une maison d’édition de livres jeunesse qui réalise 35 à 40 sorties par an mais n’est pas associée à la programmation de notre festival littéraire. C’est embêtant. On a des richesses et on ne s’en sert pas. »

Quand on lui parle de la Rabaterie, Jean-Marc Pichon soutient la philosophie globale de la rénovation du quartier et plaide pour l’implantation d’un centre social ainsi que d’une Maison de Services et d’Accueil au Public (les fameux centres France Services voulus par le gouvernement). Son but final : ouvrir une structure dans l’esprit du Centre de Vie du Sanitas à Tours.

L’envie d’installer des caméras de surveillance

A propos de la sécurité, il prévoit de passer de 3 à 10 policiers municipaux en trois ans en rendant les agents visibles ou en leur confiant des missions de contrôles routiers ou de gestion des conflits de voisinage : « Il faut que les policiers soient connus des habitants. » Le candidat plaide également pour l’installation de caméras de surveillances « y compris dans les zones d’activités économiques » sans donner de chiffre. Il souhaite par ailleurs modifier les missions de certains agents : « Aujourd’hui nous n’avons que 3 policiers municipaux mais 7 agents avec ce statut dont les gardiens de stades. Il y a peut-être une organisation différente à trouver pour mettre ces postes à disposition de la police municipale. »

Sur le plan budgétaire, Jean-Marc Pichon estime qu’il y a « plein de choses à rationaliser » et regrette que la ville n’ait pas candidaté au dispositif national des Cités Educatives. Il se dit prêt à recruter un 2e médecin salarié et souhaite déménager le centre de santé. Autres projets phares : refaire l’école Joliot-Curie en faisant un établissement à énergie positive, prévoit une « bulle verte » pour chaque projet d’aménagement urbain ou aménager des voies express vélo avec circulation sécurisée.

 Olivier Collet