Tours Agglo

C’est (vraiment) parti pour la rénovation urbaine des quartiers prioritaires

Cela concerne le Sanitas, la Rabière, la Rabaterie et Maryse-Bastié

La rénovation urbaine des quartiers du Sanitas et de Maryse Bastié à Tours, de la Rabière à Joué-lès-Tours et de la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps, cela fait plusieurs années que l’on en entend parler. Cette fois, tout est validé, la convention a même été signée ce lundi en Préfecture entre tous les acteurs (Etat, collectivités locales, bailleurs sociaux…). Une signature qui donne le top départ du projet, après 4 années de réflexion, d’ajustement, de concertation avec les habitants et acteurs des quartiers.

4 ans, un temps qui peut paraître long mais qui s’explique par l’ampleur de ces rénovations qui vont transformer le visage de ces quatre quartiers dans les 10 ans à venir.

215,7 millions d’euros d’investissements

Un chiffre suffit d’ailleurs à comprendre l’importance des travaux qui attend les habitants des quartiers concernés. Sur l’ensemble du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain dans l’agglomération (NPRU pour les intimes) ce ne sont pas moins de 215,7 millions d’euros qui seront dépensés.

Dans le détail, les villes de Tours, Joué-lès-Tours et Saint-Pierre-des-Corps apporteront 55,4 millions d’euros, l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain 49,8 millions, les bailleurs sociaux 42,8 millions d’euros, Tours Métropole 34,1 millions, la région Centre-Val de Loire 18,4 millions et les autres partenaires le reste.

A noter que la rénovation du Sanitas absorbera à elle seule 127 millions d’euros de la somme, tandis que 22 millions d’euros iront pour La Rabière (20 millions plus 2 millions hors projet pour la destruction de la tour Pradier comme nous vous l’expliquions dans cet article). La Rabaterie bénéficiera elle de 21,9 millions d’euros et Maryse-Bastié 24,3 millions d’euros.

A quoi va servir l’argent ?

La première priorité de ces rénovations concerne l’habitat avec comme objectif principal de désenclaver les quartiers et permettre plus de mixité sociale. Pour y arriver les pouvoirs publics ont acté la démolition de 732 logements au total dont 591 logements sociaux. Là-encore, le Sanitas est le quartier le plus impacté avec 470 logements détruits.

A l’inverse, 700 nouveaux logements privés seront construits.

Des équipements publics doivent voir le jour également : des équipements sportifs, scolaires ou associatifs pour l’essentiel.

Pour tout connaître des projets nous vous renvoyons vers nos articles précédents :

Ici pour le Sanitas

Ici pour Maryse Bastié

Ici pour la Rabière

Ici pour la Rabaterie

Quel est le planning ?

La convention officiellement signée, les travaux vont officiellement démarrer dès le printemps prochain. En réalité le projet a déjà débuté avec par exemple la fermeture de la barre Saint-Paul au Sanitas, ou encore les premiers déménagements d’habitants. Ces derniers sont et seront accompagnés par les bailleurs sociaux tout au long de la procédure et les élus se sont engagés à retrouver dans les mêmes quartiers des logements pour celles et ceux qui le souhaitent.

Au Sanitas, les premières destructions ont déja débuté pour la barre Saint-Paul puis au deuxième semestre 2020 pour le secteur Marie Curie. Dans le même temps les aménagements du secteur Pasteur vont débuter.

Concernant la Rabière, le premier élément visible sera la création de l’Ilot Gratias au printemps de cette année. A La Rabaterie qui verra à terme son centre commercial rasé puis remplacé par de plus petites unités (ainsi que la mise en place d’une trame verte à la place de la dalle actuelle), les premiers travaux concerneront les réhabilitations des résidences des Grands Arbres et Jacques Prévert. Enfin à Maryse Bastié, la réhabilitation de la résidence des Merlusines se fera courant 2021.

Mathieu Giua