Tours Agglo

StorieMunicipales, J-47 : Hervé Novelli prend sa retraite à Richelieu ; Le maire de Luynes attaqué pour un tract...

Les derniers échos de la campagne.

Le dimanche 15 mars ce sera le premier tour des élections municipales pour renouveler les équipes à la tête des différentes mairies d’Indre-et-Loire. On suit la campagne au jour le jour dans le département, et voici les dernières infos :

 

Qui soutient Philippe Briand à Chinon ?

Selon nos informations, le maire de Saint-Cyr-sur-Loire et président de Tours Métropole a annoncé à qui de droit qu'il était derrière la candidature de la députée LREM Fabienne Colboc plutôt que celle du maire sortant de droite Jean-Luc Dupont. Dans un communiqué transmis à notre rédaction après la publication de cette information, l'élu LR dément : "Malgré le respect que je porte à Fabienne Colboc comme à tout élu républicain qui assume ses convictions, il est évident que mon soutien, dans le cadre des prochaines élections municipales, va à mon ami Jean-Luc Dupont, actuel maire de Chinon, avec qui je travaille depuis des années et qui défend les valeurs auxquelles je suis attachées depuis mon engagement en politique."

Fin d’aventure pour Hervé Novelli...

Parmi les figures politiques d’Indre-et-Loire qui quittent la scène à l’occasion des Municipales 2020 on peut citer Marie-France Beaufils (PCF) à Saint-Pierre-des-Corps ou Jean-Luc Galliot (gauche) à Notre-Dame-d’Oé. Maintenant il y a aussi l’emblématique Hervé Novelli, ancien ministre sous Nicolas Sarkozy et maire LR de Richelieu dans le Chinonais depuis une douzaine d’années. Il souhaite que son actuel adjoint Etienne Martegoutte reprenne le flambeau et donc gagne le scrutin communal selon ses voeux prononcés samedi. L’homme est déjà conseiller départemental.

 

Tract litigieux à Luynes...

Samedi dans une StorieMunicipales à J-50 nos évoquions le lancement de campagne de Bertrand Ritouret, mais sortant de Luynes. Yoann Lafaux de la tête de liste Ensemble Luynes Gagnante qui se présente contre lui relève plusieurs faits : un tract de campagne quasiment identique à celui publié avant l’élection de 2014 : « Il est vrai que beaucoup de promesses n’ont pas été tenues. Il sera facile de les reproposer » ironise-t-il. Il s’interroge aussi sur l’utilisation des couleurs bleu-blanc-rouge accolées qu’il estime irrégulière et s’interroge sur l’ambiguité que peut entraîner la présence de photos du président de Tours Métropole Philippe Briand ou de celui du président du Conseil Départemental ce qui peut suggérer un soutien ce qui d’après lui n’est pas conforme à la législation. Au sujet de la photo de campagne, il croit supposer qu’elle a été prise par la mairie ce qui est interdit sur un tract de campagne et annonce qu’il va écrire à la préfecture pour lui faire part de la situation.