Tours Agglo

Les travaux se poursuivent à Tours-Ouest (et ils ont pas mal de retard)

Et ce jusqu'au printemps...

L’année 2019 aura été marquée par les travaux impactant la voirie à Tours-Ouest. La raison : la construction de la nouvelle chaufferie biomasse dans la zone du Menneton et l'installation d'un nouveau réseau de chaleur sur une zone de 8 km.

A terme, cette chaufferie biomasse alimentera l'équivalent de 10 000 logements, le CHU Bretonneau, le quartier Tonnelé, l'Hôtel de Ville de Tours, le quartier Plessis-Botanique de La Riche... Un projet à 21 millions d'euros confié à une filiale du groupe ENGIE, qui doit permettre l’économie de 19 000 tonnes de CO² par an, affirme-t-on du côté de Tours Métropole. La matière première - le bois - devrait provenir de forêts à moins de 100km et une partie de pépins de raisin fournis par l’entreprise Indena.

Débutés en mars 2019, les travaux de remplacement des réseaux de gaz naturel (utilisés jusque-là) par les nouveaux alimentant la chaufferie auraient d se terminer à l’automne. Finalement ils ne s’achèveront qu’au printemps prochain. Forcément cela agace parfois les riverains avec certaines rues bloquées depuis de nombreuses semaines ou mois comme celle de l’Hospitalité, fermée à la circulation depuis le mois de juin.

Chistophe Bouchet le maire de Tours, a évoqué la situation lors de ses cérémonies de vœux de nouvelle année. Ce dernier a reconnu que l’impact de ces travaux constituait une gêne importante. Il a aussi expliqué la raison des retards avec d’un côté la découverte d’amiante dans les canalisations existantes, rendant plus compliqué l’intervention des ouvriers. Autre raison des retards : l’explosion d'une canalisation de gaz sur le chantier fin novembre qui avait fait 3 blessés chez les ouvriers. Christophe Bouchet a expliqué que comme lors de tout accident de ce type, l’Inspection du Travail a été saisie, ce qui bloque la reprise des opérations.

Quoiqu’il en soit, les travaux devraient bien être finis dans les prochaines semaines, la très grande majorité du nouveau réseau ayant été installée.

Cette première étape sera néanmoins suivie d’une seconde, notamment du côté de La Riche. A terme, ce sont en effet 17 km de réseaux qui seront reliés directement à la nouvelle chaufferie du Menneton.