Touraine

La Touraine en livres : Notre sélection de livres tourangeaux à offrir pour Noël

10 livres à mettre au pied du sapin...

En manque d’idées cadeaux pour Noël ? Et pourquoi pas offrir un beau livre venant de Touraine ? Petite sélection non exhaustive d’ouvrages écrits par des tourangelles et tourangeaux.

« Tours, Portraits d’une ville » de Cédric Delaunay et Mathieu Cossu

De la Caesarodunum antique, à la double ville médiévale, le regroupement dans une seule enceinte créant « la bonne ville de Tours », les transformations de l’ère moderne, jusqu’au début du XXe siècle… Cédric Delaunay et Mathieu Cossu, par ailleurs professeurs d’histoire-géographie au lycée Descartes, traversent les différentes époques qui ont façonné la ville de Tours entre périodes florissantes et celles de repli.

Les deux auteurs livrent non seulement un beau livre, dense, retraçant la riche histoire de la ville de Tours à travers son urbanisme général, mais aussi à travers les formes d’habitats, les quartiers et leurs évolutions… Un ouvrage qui tire par ailleurs une originalité certaine, grâce au parti pris de s’affranchir des illustrations classiques pour privilégier des reconstitutions de la ville à travers des dessins réalisés par Mathieu Cossu lui-même. Des dessins précis et qui permettent de s’imaginer à quoi ressemblait Tours aux différentes périodes mentionnées.

« Tours, Portraits d’une ville » de Cédric Delaunay et Mathieu Cossu, Editions Sutton, prix : 25 euros.

Un degré en plus : Relire la chronique de 37 degrés sur ce livre

 

« Tours et détours d’images » de Frédéric Thuilleaux

Voici un livre qui séduira les amoureux de la ville de Tours et les amateurs de belles photographies. Pas étonnant, son auteur étant les deux à la fois. « Tours et détours en images » est ainsi le fruit d’une dizaine d’années de balades du photographe tourangeau Frédéric Thuilleaux qui sort là un très bel ouvrage de référence qui ne rassemble pas moins de 150 clichés (souvent carrés) pris à partir de points de vue étonnants ou qui jouent avec la lumière (à la gare, Carrefour de Verdun ou au pied de la grande roue).

« Tours et détours d’images » de Frédéric Thuilleaux, autoédité, prix : 42 euros.

Un degré en plus : Relire la chronique de 37 degrés sur ce livre

 

« Paysages culturels du Val de Loire » par la Mission Val de Loire

Cette année, la Mission Val de Loire célèbre les 20 ans de l’inscription du Val de Loire au patrimoine mondial de l’Unesco. Vingt ans après, le temps de la prise de recul est venu pour le Val de Loire, autour de quelques questions auxquelles le présent ouvrage apporte des éléments de réponse : les raisons de l’inscription sont-elles bien comprises aujourd’hui ?? Quels changements significatifs a-t-elle entraînés ?? Quelles initiatives a-t-on vu émerger ?? Et comment penser les perspectives d’évolution et les défis à venir pour ce paysage fluvial vivant ?

« Paysages culturels du Val de Loire » par la Mission Val de Loire, prix 22 euros

 

« Une certaine idée du paradis » d’Elisabeth Segard

Moins de deux ans après son premier roman, la Tourangelle signe un second ouvrage aussi haletant que loufoque, avec le souci de rendre à la fois hommage aux maires de petites communes, à leurs habitants ou à leurs patrons de bistrots. Le tout via une affaire de tueur en série et de reliques religieuses mangées par des souris sur les bords de Loire.  Un des livres coups de cœur de la Rédaction en 2020.

« Une certaine idée du paradis » d’Elisabeth Segard, Editions Calmann-Lévy, prix : 18,90 euros

Un degré en plus : Relire la chronique de 37 degrés sur ce livre

 

« L’affaire écossaise : Leslie, espion du roi » de Stéphane Genêt

Nous sommes au milieu de XVIIIe siècle, les années 1745-1746 (sous le règne de Louis XV). Repéré pour son culot sur un champ de bataille, le fameux Leslie entreprend de retrouver un prince écossais traqué par les Anglais afin de le ramener en France en toute sécurité. On suit le jeune homme dans sa première grande affaire en direction de la Suède, puis dans les campagnes et les îles écossaises. On découvre sa fougue, ses erreurs, sa malice ou sa chance.

« L’affaire écossaise : Leslie, espion du roi » de Stéphane Genêt, Librinova, prix : 15,90 euros.

Un degré en plus : Relire la chronique de 37 degrés sur ce livre

 

« L’acier et la soie » d’Anna Logon

En 1878, alors qu'elle fête son dixième anniversaire, Charlotte visite l'Exposition universelle de Paris avec son père, maître fondeur. C'est une révélation : elle développe une véritable passion pour l'industrie. C'est décidé, elle va mettre ses pas dans ceux de son modèle, Gustave Eiffel.
Mais en cette fin de XIXe siècle, il est presque inconcevable pour une jeune fille de réaliser un projet d'homme. Entre humiliations et réticences paternelles, Charlotte semble être à mille lieux de son rêve. Alors, pour y parvenir et entrer à l'école des Mines, elle se déguise en homme et devient Charles.
Une audace qui va lui ouvrir des portes et lui faire vivre mille aventures. Mais sa quête de liberté et d'indépendance est entravée par les épreuves. À commencer par la plus difficile d'entre elles : un douloureux secret de famille qui menace de réduire ses rêves à néant...

« L’acier et la soie » d’Anna Logon, City Editions, prix : 18,50 euros

 

« Histoires de la nuit » de Laurent Mauvinier

Il ne reste presque plus rien à La Bassée : un bourg et quelques hameaux, dont celui qu’occupent Bergogne, sa femme Marion et leur fille Ida, ainsi qu’une voisine, Christine, une artiste installée ici depuis des années.
On s’active, on se prépare pour l’anniversaire de Marion, dont on va fêter les quarante ans. Mais alors que la fête se profile, des inconnus rôdent autour du hameau…

Avec Histoires de la nuit, Laurent Mauvignier – 53 ans – signe à la fois un roman rural puissant, un thriller haletant et une fresque sociale édifiante.

« Histoires de la nuit » de Laurent Mauvinier, Editions de Minuit, prix : 24€.

Un degré en plus : Relire la chronique de 37 degrés sur ce livre

 

« Sherlock Holmes et le mystère des reliques de Saint-Martin » de Jean-Noël Delétang

Rien ne va plus à Tours... Le sacristain de Saint-Martin est retrouvé mort. Des reliques apparaissent puis disparaissent comme par enchantement. Il n’en fallait pas tant pour convaincre Sherlock Holmes de traverser la Manche afin de mener l’enquête en France. Son fidèle Watson également en visite à Tours pour régler une question d’héritage accompagne le plus célèbre des détectives. Leurs investigations les dressent bien malgré eux face au commissaire Courtel également sur le coup au nom de la police française. Une course contre la montre avec le commissaire français est déclarée ! Quel est le lien entre la mort d’un sacristain, un trafic de reliques et le décès tragique de Fritz l’Éléphant ? C’est à cette question que le célèbre détective devra répondre dans un polar historique haletant !

« Sherlock Holmes et le mystère des reliques de Saint-Martin » de Jean-Noël Delétang, Editions La Geste, prix : 18 euros

 

« Le sentier du lièvre » d’Isabelle de Saint-Loup

Perchés, vous avez dit ? Pour sûr, qu’ils le sont, perchés, les personnages de ce conte ! Certains même au sens propre, comme Timothée qui vit dans un hêtre. C’est un des amis de Côme, Côme Labrise, professeur de philosophie. Son héros à lui, c’est Côme du Rondeau, le personnage créé par Italo Calvino dans son célèbre Baron perché. C’est dire… À la fois gourmande de mots et d’images, Isabelle de Saint Loup nous entraîne dans une rêverie philosophique décalée, ponctuée de quelques « récréations » d’un érotisme délicat et joyeux. Car Margot aime Côme et Côme aime Margot… Mais que vient faire ce lièvre dans cette aventure ? Mystère !

« Le sentier du lièvre » d’Isabelle de Saint-Loup, Edita, prix : 15 euros

 

« L’amour est un acte manqué », d’Audrey Terrisse

La Tourangelle a déjà publié pas mal de nouvelles ou de chroniques, prenant un certain plaisir à explorer la complexité des sentiments amoureux et à imprégner ses écrits de ses propres sentiments. Ici, il est notamment question de violences (verbales et physiques) au cœur d’une relation, et des tourments psychologiques qui en découlent. « Et elle vécut sa vie comme une oeuvre d'art, se forgeant de chaque tourment, crachant ses monstruosités et celles des autres, résistant aux tempêtes et cramant sous des soleils de nuit. Et elle les invita tous à périr ses mille morts d'amertume, à se délecter de ses sens. Et elle se fit chasseuse d'orages et jaseuse de trésors. Et elle vécut sa vie comme une œuvre d'art entre symphonies et cacophonies. Et elle vécut à perte d'écrire » lit-on sur la 4e de couverture.

« L’amour est un acte manqué », d’Audrey Terrisse, auto-édité, disponible en version broché (12€) à La Boîte Noire à Tours ou en ebook (4€49).