Touraine

Municipales à Chinon : duel entre Laurent Baumel et Jean-Luc Dupont

Le 28 juin, les électeurs auront un choix clair à faire.

C’est un beau duel politique qui s’annonce au 2e tour des élections municipales à Chinon. Au premier tour, c’est le maire sortant, Jean-Luc Dupont (classé à droite) qui est arrivé en tête (45,85%) en devançant le candidat socialiste et ancien député de la circonscription, Laurent Baumel (37,87%). Au cours d’une élection qui a vu le corps électoral s’abstenir à 52,88%, l’écart entre les deux candidats n’était que de 231 voix, laissant l’élection complètement ouverte.

Arrivée en troisième position avec 9,50% des suffrages exprimés, la députée LREM, Fabienne Colboc ne peut se maintenir. Dès le 16 mars, elle annonçait (malgré des discussions avec Laurent Baumel), qu’elle ne s’allierait finalement avec personne et qu’elle ne donnerait pas de consignes de vote. Idem pour Florence Torossian qui menait la 4e liste candidate et qui a obtenu 6,77% des voix.

Depuis, la crise du coronavirus a mis en pause la campagne. Laurent Baumel est resté silencieux jusque fin mai, avant de relancer sa campagne en annonçant une mesure forte : Sa volonté de lancer un plan de relance de 5 millions d’euros avec la communauté de communes Chinon Vienne et Loire. Un plan à la fois économique, en soutien aux entreprises, mais aussi à vocation social avec la création de chèques « relance de la vie locale » à destination de tous les habitants de l’intercommunalité à dépenser dans les commerces locaux. Des chèques d’un montant de 120 euros (ou 170 euros pour les foyers les plus modestes). Autre idée du plan proposé par Laurent Baumel, l’instauration de la gratuité des cantines scolaires, le soutien aux associations ou encore l’aide à l’achat de vélos pour la partie environnementale.

De son côté, Jean-Luc Dupont n’a pas encore pleinement lancé sa campagne du 2nd tour, restant concentré pour le moment dans sa fonction de maire. A l’inverse de son challenger, le maire sortant s’est en effet pas fait oublier pendant la crise, en assurant la gestion de celle-ci. Et à Chinon comme ailleurs, cette gestion peut avoir un impact important sur le vote du 28 juin…