St-Pierre-des-Corps

A Saint-Pierre-des-Corps, 150 personnes veulent sauver le Magasin Général

Et éviter d’en faire un lieu 100% privé.

C’est une initiative qui prend de plus en plus d’ampleur sur les réseaux sociaux… En moins d’un mois, la page Facebook Le réveil du Magasin Général a fédéré plus de 2 400 personnes. Ce collectif de Saint-Pierre-des-Corps s’engage dans un projet alternatif pour réhabiliter la friche de l’ancien site de stockage de la SNCF construit dans les années 1920 et aujourd’hui désaffecté. Alternatif car la mairie qui possède les murs et le terrain envisage de vendre l’ensemble au promoteur Vinci, en vue d’un projet dont on ne sait pas grand-chose voire pratiquement rien. Même si le maire assure qu’il exigera une ouverture des lieux au public, certains citoyens sont sceptiques et s’engagent dans une contre-proposition.

Leur idée : donner une 2e vie au Magasin Général, faire valoir les promesses de l’époque de son rachat par la ville il y a 15 ans c’est-à-dire de le rouvrir au public et le rendre accessible aux citoyens » nous dit Ludovic, l’un des fondateurs.

« Notre projet promet l’ouverture aux habitants de Saint-Pierre-des-Corps, de la Métropole et au-delà. La commune est un nœud avec un grand rayonnement mais on ne s’y arrête que rarement, pour faire des courses. Ce que nous voulons c’est créer un phare tel qu’il a existé quand c’était le plus grand magasin de stockage ferroviaire de France. »

3 piliers sont envisagés : le développement durable avec la mise en lumière d’initiatives écocitoyennes, la culture et enfin le développement de l’économie sociale et solidaire. Ainsi, Saint-Pierre-des-Corps suivrait des modèles déjà en vigueur à Montpellier ou Bordeaux, avec le site Darwin « devenu le 2e lieu le plus visité de la ville » (il concentre un espace dédié au street art, du coworking, une cafétéria, une ferme pédagogique…).

Pour faire valoir ses arguments, le collectif a rencontré directement l’équipe municipale. Il a obtenu le report du vote de la vente qui était programmé le 19 mai en conseil municipal et doit présenter son projet en commission urbanisme ce lundi 31 mai. 150 personnes ont bossé dessus, réparties en 8 commissions aux thèmes variés (culture, sport, économie, tourisme, solidarité…). Tout ça en quelques semaines même si certaines bases avaient déjà été posées il y a deux ans, lorsque la créatrice d’entreprise Jennifer Champion avait initié une démarche citoyenne. La mairie communiste réfléchissait alors à une réhabilitation du bâtiment en lien avec l’économie circulaire avant de bifurquer vers un projet centré sur la formation. Aucun n’a abouti, la seule chose qui s’est passée récemment sur site c’est le montage d’une pièce de théâtre en extérieur.

La volonté d’ouvrir le lieu au public

Le collectif espère donc aller beaucoup plus loin, même s’il a bien conscience que c’est un chantier de plusieurs années. Son ambition première est de ne pas faire du Magasin Général un lieu 100% privé. Pour le reste, il assure avoir un modèle économique « solide » et des pistes de financements pour les travaux. La rénovation est estimée à 30 millions d’€ par le maire, un architecte membre du Réveil du Magasin Général refuse de confirmer ce montant évoquant d’autres possibilités selon le phasage des opérations.

Cette alternative trouvera-t-elle un écho au sein de l’équipe du maire Emmanuel François ? Il faudra attendre pour le savoir. L’opposition de gauche semble elle soutenir la démarche (précisons que le collectif se présente comme apolitique, avec la volonté de ne pas être dans l’affrontement, juste d’ouvrir la discussion) :

« Nous souhaitons de la discussion, montrer que cela peut être un lieu ouvert au public, qu’il peut se passer des choses intéressantes sur le territoire, que cela peut créer des emplois non délocalisables. »

Le groupe se veut confiant. « On ressent l’engouement pour ce projet » assure Ludovic. « L’idée n’est pas que cela se fasse mais de montrer qu’il y a des alternatives, entraîner une prise de conscience chez les élus » souligne Amaury.

Olivier Collet