St-Pierre-des-Corps

A côté de Tours, les 6 points chauds du 2e tour des élections municipales

Saint-Pierre-des-Corps, Chinon, Langeais…

Dimanche 28 juin, 32 communes d’Indre-et-Loire ouvrent leurs bureaux de vote pour le 2e tour des élections municipales. 32 sur 272 c’est très peu mais en fait ça concerne près du tiers de la population du département (135 000 personnes rien que pour la ville de Tours). La capitale du département est évidemment le duel le plus scruté entre le maire sortant Christophe Bouchet (Parti Radical, centre-droit) et son adversaire écologiste Emmanuel Denis. Même des médias nationaux s’intéressent au résultat. A côté de ce match, d’autres villes méritent qu’on s’y intéresse de près… On vous explique les enjeux :

Saint-Pierre-des-Corps : la commune de 15 000 habitants va-t-elle rester dans le giron des communistes ? Rien n’est moins sûr car 4 listes sont en lice pour ce 2e tour, dont 3 classées à gauche et une apolitique mais soutenue par des personnalités de droite et du centre comme la députée Sophie Auconie ou le président du Conseil Départemental Jean-Gérard Paumier. Il s’agit de l’équipe d’Emmanuel François arrivé en tête au 1er tour, juste devant le communiste Michel Soulas soutenu par la maire sortante Marie-France Beaufils qui ne souhaitant pas se représenter.

Si Michel Soulas l’emporte, ce sera en quelque sorte dans la continuité de la politique menée ces dernières années. Si Emmanuel François s’impose, il mettra fin à un siècle de communisme dans la cité cheminote. N’oublions pas l’influence de Cyril Jeanneau (PS) et de François Lefèvre (collectif citoyen et écologiste) distancés au 1er tour mais toujours en course. Du résultat dépendra en partie la couleur politique de Tours Métropole ce qui ne sera pas sans conséquences sur les 6 ans à venir.

Amboise : Brice Ravier ? Thierry Boutard ? Sandra Guichard ? Il y en a 3 qui se disputent le fauteuil de maire. Le 1er est l'héritier désigné du maire sortant Christian Guyon qui ne se représente pas. Le second est son challenger de droite qui a  également de bonnes chances de succès. La 3e - écologiste - a réalise un bon score au premier tour. De quoi rendre l'issue de l'élection assez incertaine.

Chinon : c’est un duel de fortes personnalités qui se joue entre le maire sortant Jean-Luc Dupont (classé à droite de l’échiquier politique) et l’ancien député Laurent Baumel (à gauche). On vous en dit plus dans cet article.

Langeais : probablement le match le plus chaud et le plus incertain de ce dimanche électoral… Le maire socialiste sortant Pierre-Alain Roiron est à la fois challengé par son opposant de droite Benjamin Philippon mais aussi par la macroniste Abel Pirès qui faisait partie de sa majorité avant de quitter le navire sur fond de gros désaccords autour des finances de cette petite ville de 4 000 habitants. Le duel se joue surtout entre l’élu en poste et le candidat de la droite qui ont respectivement rassemblé 45% et 41% des voix au 1er tour.

Château-Renault : c’est l’autre bastion communiste qui vacille lourdement. La candidate de droite Brigitte Dupuis (par ailleurs conseillère départementale) a frôlé l’élection dès le 1er tour le 15 mars recueillant 48,9% des suffrages. Nordine Boumaraf soutenu par le maire sortant qui ne se représente pas était à 36% et Lucas Leroy (divers droite) avait fait 15%. Qu’en sera-t-il dimanche soir ?

Chanceaux-sur-Choisille : au 1er tour, les deux listes divers droite de Patrick Delétang (maire sortant) et Gérard Daviet avaient 100 voix d’écart avec 43 et 36% des suffrages (Patrick Etiesse était plus loin derrière, à 21%) le match reste donc ouvert sachant que le dernier mandat a été assez tendu dans cette petite commune de la métropole.

Et aussi : il faudra suivre la triangulaire de Savigné-sur-Lathan ou la commune d’Autrèche qui n’avait pas de candidats au 1er tour mais en a trouvé pour le 2e (contrairement à Souvigny-de-Touraine qui sera administrée par la préfecture le temps de trouver de bonnes volontés).

La liste complète des communes qui votent dans cet article