St-Pierre-des-Corps

[Municipales à Saint-Pierre-des-Corps] Lutte Ouvrière : « Le tram et les pistes cyclables ne changeront pas la vie des gens »

La liste du parti est menée par Anne Brunet.

Toute la semaine, Info Tours vous fait vivre la campagne électorale à Saint-Pierre-des-Corps. Le 15 mars les électrices et électeurs de la commune auront le choix entre 7 listes, un chiffre particulièrement élevé pour une commune de 15 000 habitants. Nous vous les présentons en détails. Aujourd’hui, voici la liste LO menée par Anne Brunet.

---------------------------------

Candidate à Tours en 2014 et à Saint-Pierre-des-Corps en 2020. Anne Brunet a changé de commune : depuis 3 ans, cette figure locale de Lutte Ouvrière – enseignante dans un lycée professionnel – est devenue corpopétrussienne et c’est donc assez logique de la retrouver en tête de liste aux élections municipales dans cette commune, à la même place que celle occupée à Tours 6 ans plus tôt. Avec Kévin Gardeau à Joué et Thomas Jouhannaud à Tours, elle mène donc l’une des trois candidatures tourangelles de son mouvement pour « faire entendre le camp des travailleurs. »

Alors que la plupart des candidats de la ville axent leurs programmes sur la sécurité et le verdissement, Anne Brunet veut faire entendre une autre musique : « Il y a un certain ronron. L’environnement c’est un thème à la mode mais je ne suis pas sûre que l’on pose le problème de la façon la plus juste. C’est une question qui dépasse la vision d’une commune. Les pistes cyclables ou le tram ce sont des sujets que l’on soutient mais il ne s’agit pas de projets qui sont réellement en mesure de changer la vie des gens. N’oublions pas que les principales nuisances sont dues à la logique d’une économie capitaliste irrationnelle et irrespectueuse des hommes comme de la nature. Mais si les travailleurs pouvaient contrôler l’activité et la sécurité des entreprises, s’ils pouvaient être des lanceurs d’alerte sans risquer de perdre leur travail (ou même d’être trainés en justice pour avoir révélé des vérités) bien des choses changeraient »

Pour Anne Brunet, Saint-Pierre-des-Corps est « une ville plutôt sympa pour vivre » et aussi « une ville où on observe une concentration de populations à petits revenus, de gens qui se prennent de plein fouet la réalité sociale actuelle. On aurait beaucoup à faire pour eux : les élus s soutiendront les travailleurs dans leurs luttes, mettront les moyens municipaux au service de la classe exploitée, aideront les travailleurs à s’organiser pour défendre leurs intérêts. »

Pas de catalogue de promesses

Sur la question des transports, le parti prône la gratuité quand il s’agit d’acheminer les salariés vers leur lieu de travail. Pour la sécurité, « ce n’est sûrement pas avec des caméras, ni plus de policiers que ces problèmes pourront être résolus. Il faut s’en prendre aux inégalités croissantes et pour cela ce sont les luttes des travailleurs, pour des emplois et des salaires qui permettent de vivre dignement, qui pourront changer la situation » estime Anne Brunet.

La candidate aborde également les questions de santé : « Cela ne dépend pas que des choix d’une municipalité alors que la santé publique est mise à mal par les politiques des gouvernements successifs avec des hôpitaux de plus en plus soumis aux intérêts financiers, par l’endettement, entre autres. Nos élus seraient aux côtés de tous ceux qui se battent pour plus de moyens à la santé publique (hospitalière et locale) et pour une politique de santé qui développe la prévention. »

Enfin Anne Brunet refuse de faire un catalogue de promesses, vu la situation de la commune : « Les bonnes intentions ne suffiront pas, et les objectifs affichés seront de moins en moins atteignables dans ce contexte de restriction budgétaire. Soit les maires ont des objectifs d’une telle modestie que rien ne changera en mieux pour les classes populaires et habitants de la ville, soit les progrès sociaux qu’ils défendent seront limités voire annihilés par la pression du capitalisme et les dégâts généralisés de ce système. »