St-Pierre-des-Corps

[Municipales à Saint-Pierre-des-Corps] Emmanuel François : « Mon programme ne coûte pas cher »

Le médecin généraliste se lance dans la campagne pour la mairie.

Toute la semaine, Info Tours vous fait vivre la campagne électorale à Saint-Pierre-des-Corps. Le 15 mars les électrices et électeurs de la commune auront le choix entre 7 listes, un chiffre particulièrement élevé pour une commune de 15 000 habitants. Nous vous les présentons en détails. Aujourd’hui, celle du docteur Emmanuel François.

 

Emmanuel François se présente pour devenir maire de Saint-Pierre-des-Corps. S’il est élu, se fera-t-il appeler Mr le Maire où Docteur lors de ses sorties et rendez-vous ? Actuellement, ce médecin généraliste est plus connu pour son activité médicale dans le quartier de la Rabaterie que pour son côté militant politique. D’ailleurs, n’allez pas lui dire que c’est « le candidat de droite » de cette élection, au risque de le voir tourner les talons dans la seconde. Néanmoins, objectivement, il mène la campagne la moins à gauche de ce scrutin.

Très apprécie par sa patientèle, le praticien confirme : oui, certaines personnes qui fréquentent son cabinet hésitent à voter pour lui de peur de ne plus le voir. Alors sa première promesse c’est d’assurer qu’il continuera de consulter quel que soit le verdict des urnes : « J’ai pris un mois de vacances pour la campagne et mon cabinet me manque » explique-t-il. Il en profite également pour justifier le fait d’habiter à Tours : « Cela me permet d’avoir la distance nécessaire. »

Retour à la semaine de 4 jours et nouvelle cuisine centrale

Pour former sa liste, Emmanuel François s’est entouré d’une équipe aux profils variés : l’ancienne journaliste Laurence Lefèvre est sa N°2, le professeur en médecine Christian Bonnard N°3, la médiatrice sociale Eloïse Drapeau N°4… La benjamin de l’équipe est une étudiante en médecine de 19 ans (Marilou Lambert-Sanchez) et la doyenne une retraitée de 72 ans (Jeannine Roy). En cas de victoire, les potes sont déjà répartis : l’aspirant-maire sait qui il nommera à la sécurité, à la culture ou aux affaires sociales.

 

Depuis quelques jours, colistières et colistiers diffusent le programme de cette liste baptisée « Saint-Pierre Autrement » : en flyers ou via des réunions publiques. Parmi les mesures qui pourraient être appliquées très vite : la création d’un conseil municipal des enfants et d’un conseil municipal des jeunes. Mais aussi, dans un autre domaine, un plan pour sécuriser un rond-point jugé dangereux sur l’Avenue Jacques Duclos, entre Montlouis et les Atlantes. Dans le domaine de l’éducation, Emmanuel François plaide pour un retour à la semaine de 4 jours en profitant du mercredi ainsi libéré pour proposer aux enfants des ateliers autour du développement durable ou la communication non violente. L’un de ses grands projets consiste à réinstaller une cuisine dans chaque école de la ville et de garder une mini cuisine centrale dédiée au portage de repas pour les séniors ou l’approvisionnement des centres de loisirs :

« Ce projet est une urgence. On s’y retrouvera côté développement durable en réduisant le gaspillage, les plats auront meilleur goût car ils n’auront pas besoin d’être réchauffés, nous proposeront des ateliers culinaires aux enfants et les prix de la cantine n’augmenteront pas. »

L’équipe du médecin ne manque pas de rappeler que cette rénovation de la cuisine centrale était un projet de l’actuelle maire Marie-France Beaufils… en 2014. 6 ans plus tard il reste donc non abouti.

 

Dans la série des projets phares, Emmanuel François et sa liste plaident pour des crèches ouvertes plus longtemps, notamment pour les parents qui travaillent de nuit. Ils veulent des classes à horaires aménagés musique à l’école, un poumon vert à la Rabaterie, une guinguette au bord du Cher, une nouvelle sortie de l’A10 au niveau des Alantes, plus de pistes cyclables et de bancs en ville mais surtout une grande maison de santé avec 4 médecins généralistes assurant des urgences de 8h à 20h, une sage-femme, un dentiste, un kiné… : « Il suffit d’appuyer sur le bouton. On a trouvé le terrain et les professionnels mais pour l’instant la mairie bloque le projet » déplorent les militants en campagne. 

Plus de policiers municipaux et des caméras de surveillance

Evidemment la sécurité est au cœur des préoccupations : « On fera ce qu’on pourra » note Alain Garcia qui suit le sujet de près. Ce partisan « de la répression à outrance » veut mettre fin « à des années de laxisme ». Le projet de la liste comporte la création d’une équipe de 6 policiers municipaux « pour renouer le dialogue avec les citoyens » mais aussi l’installation de caméras de surveillance et « une fourrière efficace » pour enlever les voitures ventouses. Le projet de rénovation du quartier de la Rabaterie (avec 21 millions d’€ de subvention de l’Etat) serait revu pour ne pas créer de nouveaux logements mais plutôt un grand bâtiment circulaire avec un centre social et la concentration de différents services au public. Une « charte des nuisances et de la vie nocturne » pourrait être élaborée « avec les jeunes, comme ça on aura plus de chances qu’elle soit respectée. »

Au final, Saint-Pierre Autrement veut « changer la réputation » de la commune avec « un programme qui ne coûte pas cher » selon sa tête de liste qui se laisse du temps pour faire évoluer les choses, comme sur le projet de rénovation des abords de la gare : « Ça ne se fera peut-être pas en 6 ans mais c’est un projet qu’on doit pousser. » Il pense pareil pour le Magasin Général dont la rénovation est estimée à 35 millions d’€ « mais il est temps de faire quelque chose car le bâtiment se dégrade. Le jour où il sera par terre ce sera trop tard. » La solution : un cofinancement public, voire avec le privé.

Olivier Collet