St-Pierre-des-Corps

Saint-Pierre-des-Corps : ovation debout pour les derniers vœux de Marie-France Beaufils

La maire communiste se retire à la fin de son mandat.

« Ces vœux ont une tonalité particulière car ce sont les derniers que je vous présente en tant que maire » : voici l’une des premières phrases du discours de la maire communiste de Saint-Pierre-des-Corps au soir du 10 janvier 2020. Elue au conseil municipal depuis 1971, première adjointe dès 1977 et aux affaires depuis 1982, elle a connu 7 présidents de la République durant sa carrière (le premier c’était Pompidou !) et décide désormais de passer la main. En revanche, quand on l’écoute, on se dit que cette femme qui a marqué la vie locale par sa longévité ou ses coups de gueule ne va pas disparaître de l’actualité du jour au lendemain.

« Ce sont les derniers [vœux] que je vous présente en tant que maire » dit-elle.

On peut y voir un sous-entendu.

Comment résumer 58 ans de vie politique en un discours d’une demi-heure avec les contraintes imposées par la période pré-électorale ? Marie-France Beaufils a joué avec les codes, commençant par un long réquisitoire contre la réforme des retraites du gouvernement d’Edouard Philippe qu’elle voit comme « le chamboulement d’un régime de retraite considéré comme un des meilleurs au monde. » Et d’ajouter que pour elle le plus important ce n’est pas l’espérance de vie mais l’espérance de vie en bonne santé ou encore :

« Notre système de retraite souffre du niveau trop bas des salaires de certains secteurs »

Elle pense en particulier à l’éducation (elle en vient).

De nombreux défis pour l’avenir

« Nous sommes en plein débat sur le choix de la société dans laquelle nous voulons vivre » déclare Marie-France Beaufils dans une salle des fêtes très bien remplie, avec plusieurs personnalités locales venues assister « à un moment historique. » A la fin, la communiste a bénéficié d’une ovation debout assez longue.

Evidemment celle qui est encore maire pour 3 petits mois a parlé de sa commune, attaquant par les « 6 millions d’euros de baisse de dotations de l’Etat » en un mandat (et l’absence de réponse en temps et en heure à un courrier demandant une rallonge à l’Etat qui a voyagé entre les ministères pendant la période d’examen du budget. L’élue a enchaîné sur un chiffre qu’elle voit comme plus positif : les 200 naissances annuelles sur sa commune. Résultat : une micro-crèche qui ouvre à Stalingrad et deux autres en projet. Dans les écoles aux 1 700 élèves :

« Nous avons ouvert 6 classes en 3 ans avec les dédoublements voulus par le gouvernement. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle mais nous n’avons pas plus d’enseignants car les classes ont été ouvertes en ayant recours aux postes supplémentaires dédiés aux zones d’éducation prioritaire »

Marie-France Beaufils.

Le défi de son successeur ou de sa successeuse : adapter les groupes scolaires au changement climatique, notamment la chaleur en été. L’an dernier, 650 000€ ont été investis pour rénover les écoles.

Des messages pour l’avenir

Parmi les autres défis d’avenir : la rénovation ou la reconstruction de la piscine qui date de 1971 « très appréciée par ceux qui ne partent pas en vacances », l’arrivée du tram que beaucoup espèrent pour desservir la Rabaterie comme les entreprises (« indispensable pour lutter contre le chômage »), le retour d’une liaison fiable entre les gares de Tours et de Saint-Pierre, le développement économique de la commune, l’embauche d’un 2e médecin salarié pour faire face au désert médical en zone corpopétrussienne…

Marie-France Beaufils prend sa retraite dans l’une des villes les plus peuplées d’Indre-et-Loire. L’une des plus dynamiques mais aussi l’une des plus complexes en raison du nombre important de personnes défavorisées qui y vivent ou de sa situation, parfois coincée entre l’A10, les voies SNCF et les frasques de la Loire. Autant dire que les enjeux sont colossaux et les solutions envisagées diverses. La preuve : le nombre de candidatures à la mairie explose. La campagne s’annonce passionnante. Celui ou celle qui triomphera pourra compter sur le regard critique de l’élue sortante qui lui a transmis une lettre de mission orale : « Être maire de Saint-Pierre-des-Corps nécessite un engagement sans relâche et une énorme disponibilité. Veillez à ce que les politiques de proximité restent fortes. » Là aussi on peut y voir des sous-entendus.

Olivier Collet

Météo locale

Recherche

GRAND ECRAN...

UNE PETITE MOUSSE ?

EMPLOI...

LUMINEUX !

ART NATUREL...