St-Cyr-sur-Loire

Saint-Cyr-sur-Loire se débarrasse du plastique à la cantine (sans augmenter les prix)

Ça commence ce mardi 6 octobre.

Le 7 mars dernier, nous recevions un mail nous annonçant la création d’un collectif baptisé Cantine Sans Plastique à Saint-Cyr-sur-Loire. Le confinement et le coronavirus ont un peu fait passer l’info sous les radars mais la mobilisation a payé : ce lundi, la mairie de la commune annonce qu’elle supprime le plastique dans ses cantines scolaires à partir du mardi 6 octobre se félicitant d’être la première commune d’Indre-et-Loire à s’engager dans la démarche.

« Le contenant actuel en polypropylène, bien que certifié sans bisphénol A et sans transfert, recyclé, va être remplacé par des bacs gastronomes en inox, à défaut de solution technique et sanitaire certifiée à base de produit biosourcé » nous dit la ville dans un communiqué.

La mesure entraîne un surcoût de 2,6% sur le prix d’achat des repas des élèves… et il sera totalement pris en charge par la municipalité. Chaque enfant continuera de payer 3€30 pour déjeuner à l’école. A Saint-Cyr-sur-Loire, ce n’est pas la ville qui fabrique directement ses repas mais une société privée (Restoria). Pour préparer la mise en place du nouveau matériel, le personnel qui œuvre dans les établissements scolaires a été spécifiquement formé au mois de septembre.

Avec cette mesure, Saint-Cyr prend de l’avance sur la loi qui supprimera définitivement l’usage du plastique en restauration scolaire en 2025. Que ce soit pour la cuisson des aliments, le réchauffage ou le service. Objectif : éviter d’ingérer des résidus de plastique et éviter les perturbateurs endocriniens. Le plastique, même recyclable, est également plus polluant que de l’inox qu’il suffit de laver.

A noter qu’en mars, l’appel du Collectif Cantine Sans Plastique réclamait également plus d’ingrédients bio dans les menus sans hausse de prix. On était alors en pleine campagne des élections municipales et le candidat-maire Philippe Briand réélu dès le premier tour s’était engagé à répondre favorablement aux requêtes des parents d’élèves. Il a donc tenu parole 6 mois plus tard. A Tours, le maire Emmanuel Denis - élu fin juin - a également fait part de sa volonté de supprimer le plastique des cantines de la ville qui servent 8 000 enfants chaque jour.