Sport

L'album photos de Paris-Tours

Retour en images sur la 113e édition de la Classique des feuilles mortes...

La 113e édition de Paris-Tours a tenu ses promesses ce dimanche. La Classique des feuilles mortes, comme elle est régulièrement appelée, a en effet été le cadre d'une course halletante.

Depuis l'an passé, les organisateurs avaient voulu redonner un peu de suspense à cette course traditionnellement destinée aux sprinteurs, en intégrant des portions de chemins à travers les vignes du Val de Loire. Un choix parfois décrié à l'image de l'équipe Quickstep qui a fait l'impasse volontairement cette année. Force est de constater que même avec un plateau peut-être moins prestigieux que par le passé, ce Paris-Tours nouvelle génération, a gagné en incertitudes et en spectacle pour les spectateurs. Les plus de 10 kilomètres de chemins de vigne ont été le théâtre d'une course riche en rebondissements. Echappé, le tenant du titre, Soren Kragh Andersen (Sunweb) a bien cru un temps renouveler son exploit, mais une crevaison dans le chemin de vignes de Chançay à 45 kilomètres de l'arrivée a eu raison de ses espoirs. Son poursuivant, le belge Jelle Wallays (Lotto Soudal) en a profité pour le dépasser et poursuivre son effort jusqu'à l'arrivée dans un style de pur puncher, consolidant au fil des kilomètres son avance sur le groupe des favoris.

Déjà vainqueur en 2014, Jelle Wayllays entrait dans les rues de Tours avec plus d'une minute d'avance sur ses poursuivants, de quoi lui permettre d'aborder la ligne d'arrivée en toute décontraction et de prendre le temps de savourer cette victoire. Derrière lui, à 30 secondes, Niki Terpstra, malgré deux crevaisons, en terminait à la seconde place, juste devant Oliver Naesen et le Français Arnaud Démare.

Les photos d'Annie et Laurent Depeigne pour Info Tours :

Météo locale

Recherche

NOUVEAU...

BIENTÔT...

SPORT...

MIAM DU FUTUR...