Portraits

[En vitrine] Et si on transformait une 2CV en cabriolet ?

A Candes-Saint-Martin, c’est possible !

Construire sa propre voiture, beaucoup de gens en rêvent mais ce n’est pas si simple... Cela dit, il y a des intrépides. La preuve en Touraine avec Burton France du côté de Candes-Saint-Martin.

Ingrid Henneken dirige cette entreprise avec son époux et elle nous retrace la naissance du projet ; transformer une 2CV Citroën en cabriolet. La Burton est un rêve de petits garçons hollandais. Deux frères, Dimitri et Iwan Göbel sont passionnés par le design automobile et la 2CV. Ensemble ils vont débuter en 1993 avec l’importation de kit car mais au bout de quelques temps ils vont développer l’idée et la création de la Burton.

Dimitri commence à plancher sur le design et pendant plus d’un an il va sculpter le prototype. Après avoir utilisé 160kg de plâtre et passé 15 000 heures à poncer, la forme de la voiture est enfin définitive : on y retrouve les formes des anciennes Alfa-Roméo, Bugatti mais surtout Morgan. Le premier moule sort le 9 février 2000.

À la veille de l’année 2001, déjà 98 commandes avaient été faites sans même avoir dépensé d’argent pour la publicité. Devant le succès du concept d’économie circulaire, qui consiste à récupérer toutes les pièces, sauf la carrosserie de la 2CV, Ingrid Henneken et son époux créaient Burton France en 2013 à Chinon et déménagent à Candes-Saint-Martin en 2014.

Si vous possédez une Vieille 2CV et que le châssis est en bon état, vous pouvez vous lancer dans la construction de votre Burton. Si votre châssis est de très mauvaise qualité, vous pouvez opter pour un châssis roulant 100% révisé avec une carte grise. Il vous en coûtera tout de même entre 10 000 et 11.000€.

Vous pouvez également commander votre voiture clef en main pour 22 000€. Et pour la petite histoire, la première Burton rouge qui porte le N°1 roule toujours avec au volant les deux frères Göbel.

Roger Pichot