Portraits

« Mon Souvenir de 2016 » : Marc Sitarz

Fondateur de la marque de vêtements Natureally.

Une nouvelle année touche à sa fin... En Touraine comme ailleurs, 2016 a été riche en actualité. Chacun l'a vécue à sa manière. Comme l'an dernier, nous avons donc proposé aux Tourangeaux de nous raconter ce qui a été important pour eux ces derniers mois... Qu'ils soient artistes, engagés en politique, sportifs ou issus du monde économique, nous les avons tous croisés au cours d'un reportage, d'une interview ou d'un événement. C'est l'occasion de prendre de leurs nouvelles mais aussi de mieux les connaître. Leurs textes seront publiés tout au long de ce mois de décembre...

 

Nous avions rencontré Marc Sitarz en juin, au moment du lancement de sa ligne de vêtements... Il revient sur une année "pleine d'expériences, d'espoirs, de projets, de succès et d'échecs" :

"Tout d'abord, il y a eu mon troisième enfant : le projet Natureally. Après 2 garçons fantastiques, j'ai voulu leur donner un frère bienveillant qui puisse apporter un peu de sens, de couleur et d'espoir dans un monde que je vois s'assombrir et tourner au gris uniforme. Mais en ouvrant les yeux, on réalise que malgré notre inertie, nos erreurs, nos faiblesses, le monde est truffé de personnes bienveillantes et volontaires qui elles aussi se décident à bouger. Ce projet qui voudrait que la nature soit une seconde peau pour chacun de nous a occupé une grande partie de cette année 2016.

Puis les expériences, nombreuses. L'entrepreneuriat, des cours magistraux à l'université, la découverte de nouveaux métiers, des voyages, des rencontres. J'ai pu découvrir le savoir-faire textile du Portugal, rencontrer Mme Duflot à l'assemblée nationale pour lui présenter un rêve, participer aux discussions des partis écologistes à Lorient, et apporter à de jeunes élèves de MASTER  les connaissances et les expériences de mes vies passées, dans l'industrie, le management et l'international !

Enfin l'espoir. L'espoir que l'aventure continue, que le projet Natureally obtienne le succès qu'il mérite, et surtout qu'il ait un effet positif sur notre belle planète. Que mes enfants, nos enfants, n'aient pas à se souvenir du goût des aliments, du brame du cerf où pour certains du chant des baleines. Qu'ils puissent encore s'en émerveiller, s'en inspirer et préserver ce que nous saurons leur léguer. C'est à nos actions et ce que nous sommes prêts à perdre qu'on reconnaît un engagement réel, ainsi nous n'avons personne à convaincre que nous même ! Agissons, avec espoir. Le reste suivra."

 

Photo issue de la collection Natureally.