Politique

Municipales à Tours : Les 7 premières propositions du candidat Benoist Pierre

Avec notamment la gratuité des cantines scolaires...

Candidat à l’investiture LREM pour la mairie de Tours, Benoist Pierre, entouré de l’appareil militant et politique du parti présidentiel en Indre-et-Loire a tenu ce mardi une conférence de presse pour faire le point sur la situation actuelle de la campagne.

L’occasion pour lui de rappeler qu’il espérait bien avoir cette investiture, mais aussi qu’il serait candidat à la mairie quoiqu’il arrive, « ma détermination est sans failles. »

Lire à ce sujet notre article sur 37 degrés.

Une conférence de presse qui a été l’occasion également pour Benoist Pierre de dévoiler ses premières propositions :

La mise en place de commissions extra-municipales

« On ne peut plus faire de la politique comme avant » annonce le candidat. Soucieux de répondre aux aspirations vers une démocratie plus directe de la part d’une partie de la population de plus en plus importante, Benoist Pierre souhaite mettre en place des commissions extra-municipales chargés de travailler en amont sur tous les grands projets et sujets sensibles. Des commissions qui seraient composés de citoyens tirés au sort, de volontaires, d’experts et d’élus. Pour Benoist Pierre il s’agit de répondre à une problématique actuelle, celle de voir des citoyens découvrir des projets majeurs une fois ces derniers prêts à sortir. « La consultation doit se faire en amont. »

La gratuité pour les cantines scolaires

Afin de répondre aux inégalités qui touchent les enfants, Benoist Pierre et le collectif qui l’accompagne souhaitent rendre les cantines scolaires gratuites. « La gratuité devra être étendue progressivement pendant le mandat en partant des enfants les plus défavorisés, parce que l’on sait qu’un enfant qui mange correctement sera plus concentré et travaillera mieux. »

Un service gratuit et « de qualité » précise le candidat qui souhaite également mettre en place « une nouvelle politique d’achats alimentaires, en passant plus par les circuits-courts et le bio.

« Cela se fera dans le cadre d’une régie autonome, nous avons estimé ce coût à 3,5 millions d’euros, mais de l’autre côté nous pensons pouvoir faire des économies à hauteur de 2 millions d’euros, avec une baisse des financements du CCAS en raison de la gratuité ou encore des gains de productivité évalués. Cela reviendra donc à un coût de 1,5 million d’euros par an. »

Le développement de l’économie bas carbone

« Il faut faire de Tours un pôle d’excellence d’économie verte. Pour cela nous signerons avec l’Etat un contrat de transition écologique afin de réduire les effets de gaz à effets de serre en lien avec les activités économiques. » Et pour inciter les acteurs économiques à agir, Benoist Pierre de proposer une politique incitative en rémunérant les efforts faits.

La création d’une coopérative municipale à but d’emploi

En matière d’économie sociale et solidaire, la création d’une coopérative municipale à but d’emploi aura pour objectif de former et recruter des personnes sans travail dans les métiers de la transition écologique.

La création d’un organisme foncier solidaire

« Il faut aider les ménages qui le veulent à accéder à la propriété. Pour cela nous créerons un organisme foncier et solidaire. Cela permettra de séparer le foncier du bâti. Cet organisme pourra faire de la location du foncier à tarif préférentiel. » Pour réaliser cette mesure, le collectif envisage 2 millions d'euros par an de financement pour les préemptions urbaines.

Augmenter le nombre de policiers municipaux

L’objectif affiché est de passer à 125 policiers municipaux. Des policiers appelés à patrouiller plus à pieds. Une mesure estimée à 600 000 euros par an (le coût des salaires des nouveaux policiers) auquel il faut ajouter 250 000 euros de frais d’équipement.

La mise en place du Plan Mercredi

A l’image de la ville de La Riche, Benoist Pierre veut mettre en place un Plan Mercredi sur la ville. Ce plan doit permettre de proposer une offre culturelle sportive ou ludique aux enfants. Une offre souhaitée gratuite. « Nous mettrons à disposition des associations les espaces scolaires et créerons un guichet unique pour faciliter la connaissance du dispositif. » Un plan estimé à moins de 500 000 euros par an.

Mathieu Giua

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...