La Riche

Bidonville des Iles Noires : les populations bientôt relogées

86 personnes vivent actuellement sur place.

 

Le mois dernier, nous faisions un point sur la situation des Iles Noires. Ici depuis plusieurs années se sont installées illégalement des familles venant d'Europe de l'Est, plus précisément de Bulgarie. En quelques années leur nombre a atteint près de 90 personnes qui vivent dans la plus grande précarité dans ce qui est devenu un véritable bidonville.

Pour mieux comprendre la situation des Îles Noires, lire notre article de l'été 2018 sur 37 degrés ou celui publié fin 2017

Depuis un an et demi, les pouvoirs publics ont pris le problème à bras le corps : ils ont entamé un travail auprès des populations installées afin de trouver des solutions. Cela s'est matérialisé d'abord par une phase de diagnostic dans le cadre d'une MOUS (Maitrise d'Oeuvre Urbaine et Sociale) d'un montant de 40 000 euros et confiée à l'association Trajectoires. Elle s'est rapprochée des familles pour comprendre leur situation, leurs attentes et proposer des solutions. Ce diagnostic fut rendu mi-janvier 2019. Depuis, la ville de La Riche, la Métropole et les service de l'Etat s'emploient à trouver des solutions de relogement et d'insertion afin de résorber le bidonville.

A ce jour, mi-avril, sur les 86 personnes recensées sur place, la Préfecture annonce avoir trouvé des solutions pour la moitié d'entre elles. Dans le détail, 22 personnes vont être relogées d'ici le 10 mai. 7 autres suivront courant mai et enfin 11 personnes appartenant à deux familles sont dans l'attente de pouvoir être relogées dans de grands appartements de type T5 ou T6. Des relogements qui auront lieu sur la Métropole (Tours, Fondettes, Joué-lès-Tours) mais aussi ailleurs dans le département, à Loches ou Chinon.

« Le but n'est pas de recréer des poches de pauvreté ailleurs, c'est pourquoi nous travaillons sur le logement mais aussi sur l'insertion » précise Corinne Orzechowski, la Préfète d'Indre-et-Loire. Cette insertion, elle passe par l'emploi avec des postes trouvés dans le bâtiment, les espaces verts ou le maraîchage nous explique-t-on, mais aussi par l'apprentissage de la langue française ou encore par la scolarisation des 15 enfants en âge d'être scolarisés dès la rentrée de septembre.

Le bidonville bientôt évacué

Une fois tout le monde parti, les pouvoirs publics veulent également empécher la réimplantation de nouvelles populations aux Iles Noires. C'est pourquoi la ville de La Riche et la Métropole détruiront les baraquements aussitôt les familles évacuées et sécuriseront les lieux. Du côté de la Ville de La Riche on espère que le bidonville sera totalement vide en juin, du côté de la Préfecture on refuse à avancer une date précise.

Reste la question de la trentaine de personnes ayant refusé d'être accompagnées dans le cadre de la MOUS. Pour ces dernières, la Préfète d'Indre-et-Loire de préciser : « elles correspondent aux personnes les moins insérées et parfois celles qui sont liées aux trafics divers comme la mendicité ou la prostitution. » Quant à leur avenir, la représentante de l'Etat se montre claire : « elles seront expulsées du bidonville et des procédures judiciaires pourraient être lancées. »

Mathieu Giua

Photo : image d'archives sur les Iles Noires

 

Météo locale

Recherche

ECOLO...

DECO...

DODO...

WAOUH !

MIAM DU FUTUR...