Joué-lès-Tours

« Ça me fait plaisir de revoir mes copines » : pendant les vacances, théâtre au collège à Joué-lès-Tours

Le dispositif des vacances apprenantes a du succès.

Les « tu es qui toi ? » ou encore « tu es sérieux ? » s’enchaînent dans l’ancienne salle de technologie du collège L’Arche de Lude de Joué-lès-Tours. Une vingtaine d’élèves en cercle se donne la réplique dans lors d’un jeu, initié par Emma, comédienne et animatrice de l’atelier théâtre. Mais, dans cette ronde, les collégiens ne sont pas seuls. Après une première démonstration, la préfète d’Indre-et-Loire, Marie Lajus, le directeur académique des services de l’Éducation nationale en Indre-et-Loire, Dominique Bourget, ou encore le principal de l’établissement Xavier Goueffon ont rejoint les collégiens pour participer à cette activité.

Venus en visite dans le cadre du dispositif « écoles ouvertes » le jeudi 21 octobre, les élus et partenaires présents ont pu assister aux ateliers et échanger avec les élèves. Au programme : discussion dans le gymnase avec Brian, qui s’occupe d’encadrer les temps de sport, puis avec les participants de l’atelier théâtre. « J’aime bien car le matin nous travaillons et l’après-midi nous faisons des activités où l’on apprend en s’amusant », raconte l’une des collégiennes. « Ça me fait plaisir de revoir mes copines pendant les vacances », poursuit une autre. Un troisième participant complète : « On peut s’ennuyer pendant deux semaines à ne rien faire, donc autant venir au collège et travailler. »

Au total, ce sont quarante collégiens volontaires de L’Arche de Lude qui prennent part au dispositif, sur cette première semaine de vacances d'automne. « On a eu un engouement très fort sur ces vacances de la Toussaint. Peut-être que la formule proposée l’été dernier a plu aux familles. Il faudrait que la communauté éducative entre dedans car il y a quelque chose d’important qui s’y joue », assure Kerim Belhadj, le conseiller principal d’éducation de l’établissement. Des propos qui confirment ceux du principal : « Il y a un an, on était une vingtaine. Cela montre que l’on répond à une demande. Ce dispositif permet aux élèves d’être plus détendus dans leur rapport à l’école et aux équipes éducatives. »

Quatre cents bénéficiaires dans le département 

Dans le département, cinquante-trois stages sont mis en place pour quelques quatre cents enfants. L'objectif est de renforcer les apprentissages fondamentaux avec du soutien scolaire et d’apporter une ouverture sur les pratiques culturelles et sportives. « En cette période de Covid, il y a une volonté nationale d’accompagner les élèves avec un gros renforcement des moyens et de proposer une nouvelle offre éducative, notamment dans les quartiers prioritaires et les zones rurales », rappelle la préfète.

Marie Lajus n’a enfin pas manqué de mentionner la disparition de Samuel Paty, professeur d’histoire assassiné le 16 octobre à la sortie de son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). « Notre visite est aussi un marquage symbolique et une manifestation de soutien à tous ceux qui contribuent à l’éducation de nos enfants. »D’autres hommages lui ont d’ailleurs été rendus dans plusieurs villes du département.

Emilie Mette