Joué-lès-Tours

Rénovation de la Rabière : le calendrier des travaux mis à jour

Mais il peut encore évoluer.

Ça faisait un moment qu’on n’avait pas eu de nouvelles du projet de rénovation du quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours… Pour rappel, il s’agit d’un vaste chantier qui doit durer jusqu’en 2026 et qui est chiffré à 22 millions d’€. Les travaux seront financés par la Ville, la Métropole, la Région, le bailleur Val Touraine Habitat… et l’ANRU, l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine. Cet organisme qui dépend de l’Etat donne également de l’argent pour trois autres quartiers de l’agglomération : la Rabaterie de Saint-Pierre-des-Corps, Maryse Bastié et le Sanitas à Tours.

Pour la Rabière, on en était donc resté aux annonces du début de l’année 2020. L’Etat et les collectivités locales avaient officiellement signé leur partenariat pour financer les travaux, une démarche ouvrant la voie à leur réalisation. Après ça il y a eu le confinement, événement suffisamment fort pour chambouler à peu près n’importe quel grand projet. C’est le cas pour la Rabière… mais à la marge. On fait le point;;;

--------------

Début 2021 : premières constructions

L’objectif de la mairie de Joué-lès-Tours est de transformer progressivement le quartier du Nord au Sud. La première étape va donc avoir lieu sur l’Ilot Gratias, à proximité de l’arrêt Rotière du tram. Un immeuble de HLM va y être construit à partir du début de l’année 2021 pour une livraison dans le courant de l’année 2022. Un bâtiment de 42 logements qui aurait dû à l’origine entrer en chantier en cette fin d’année 2020. Il prend donc un peu de retard.

2022-2023 : premières démolitions

Deux barres d’immeubles du quartier doivent tomber : la barre Picot à l’angle des rues Picot et Rotière et la barre Verdun face au parc de la Rabière. A elles deux elles comptent 68 appartements (32 et 36). Le bâtiment Picot sera le premier à être rasé en vue d’être remplacé par un « corridor vert » avec végétation et aire de jeux pour enfants. La barre Verdun sera elle remplacée par un immeuble d’une vingtaine de logements en accession à la propriété, projet porté par Action Logement.

2023-2026 : aménagement du quartier

La ville de Joué-lès-Tours va construire une sorte de maison de quartier à l’angle des rues Rotière et Picot, tout près des rails du tram. Elle comportera trois équipements publics : une crèche qui remplacera l’actuelle crèche Delorme (25 berceaux annoncés, un peu plus que ce qui existe aujourd’hui), un lieu d’accueil pour les adolescents en remplacement du Chalet Rabière (qui a brûlé et qui a été détruit) et enfin le point d’écoute pour les parents. La construction disposera un rez-de-chaussée et un étage. Ses trois espaces seront bien séparés pour ne pas mélanger les activités. Les cages d’escalier situées autour bénéficieront d’une rénovation (isolation, accès personnes à mobilité réduite, ascenseur) et d’une réfection de leurs parvis. Un travail similaire est en cours sur les maisons individuelles. Et puis un City Stade doit être aménagé au milieu des arbres.

Autres projets : la création de nouveaux stationnements et le passage de la Rue Etienne en sens unique, l’aménagement d’une piste cyclable entre l’Ilot Gratias et la Place Mandela qui accueille le marché du jeudi, une rénovation de la Place Mandela en mode street art mais aussi l’agrandissement du square Pagnol et le remplacement de ses barrières par des haies. Un projet qui sera soumis à la concertation. L’adjointe au maire en charge du projet Valérie Turot insiste bien pour préciser que ce calendrier est encore prévisionnel, soumis à modifications. Ce qui vaut aussi pour le budget.

Pour un point plus complet sur l’actualité de la rénovation de la Rabière, allez lire notre article sur 37 degrés

BONUS - 2024-2025 : démolition de la Tour Pradier

Le bâtiment de 53 logements (dont une trentaine encore occupés) est situé tout près des rails du tram. La ville veut le détruire, mais cette opération se fera en dehors du plan financé par l’ANRU. L’objectif n’est pas de reconstruire autre chose, plutôt d’aménager un espace public. Là-aussi le projet n’est pas finalisé et sera soumis à la concertation.