Joué-lès-Tours

[Municipales à Joué-lès-Tours] On fait le bilan : 4 points forts de la mairie depuis 2014

De gros investissements, un festival qui cartonne…

Les dimanches 15 et 22 mars il y a élections municipales ! L’enjeu : élire les femmes et les hommes qui dirigeront toutes les mairies de France de 2020 à 2026. A Joué-lès-Tours, le conseil municipal rassemble 39 élus. Depuis 2014 l’assemblée est dirigée par Frédéric Augis, aujourd’hui maire divers droite après être passé par le parti Les Républicains.

Alors que la campagne a commencé avec un maire candidat à sa propre successsion, Info Tours et 37 degrés vous aident à y voir plus clair sur le bilan de l’équipe en place. Dans cet article, nous avons rassemblé les 4 points forts de la municipalité jocondienne ces 6 dernières années et nous avons listé 4 points faibles dans une seconde publication à lire ici.

 

Une politique d’investissements conséquente

Pendant sa campagne en 2014, Frédéric Augis critiquait la politique de son prédécesseur socialiste Philippe Le Breton en lui reprochant de ne pas avoir de projets assez ambitieux pour sa commune, alors même que c’est la 2e plus grande ville d’Indre-et-Loire derrière Tours. Le nouveau maire n’a pas lésiné sur les grands projets, programmés ou sortis du chapeau en cours de route. Au sud de la commune, le centre de loisirs de La Borde a ainsi été totalement reconstruit avec de quoi accueillir jusqu’à 400 enfants. Près du lycée Jean Monnet, deux nouveaux gymnases viennent de voir le jour pour remplacer celui de Jean Bouin détruit lors d’un incendie. Citons également la révision du projet de centre aquatique Bulle d’O pour l’agrandir ou encore un vaste plan d’acquisitions foncières dans toute la ville dans le but affiché de maîtriser les projets d’urbanisme, par exemple en évitant les constructions trop hautes.

Le risque : augmenter la dette de la ville. Si elle s’est en effet accrue ces six dernières années, elle reste raisonnable par rapport aux communes similaires.

 

Un centre-ville au goût du jour

Réfection du parvis de l’église Saint-Pierre Saint-Paul, réaménagement du parvis de l’Hôtel de Ville, rénovation du cœur commerçant du centre-ville, passerelle sur l’eau et allées modernisées au Lac des Bretonnières… L’équipe de Frédéric Augis a engagé un vaste plan d’aménagement urbain avec également plus de 900 places de parking créées ou refaites au cours du mandat, de nombreuses rues remises à neuf, des circulations piétonnes qui respectent plus souvent les normes d’accessibilité et des travaux pour améliorer la circulation Boulevard de Chinon ou Route de Monts en direction du nouveau magasin Leclerc. D’autres projets sont en cours comme la rénovation de la Vieille Rabière ou la construction d’un parc et d’une résidence pour séniors entre la Rue Gamard et le Temps Machine.

 

La sécurité comme priorité

En 6 ans le nombre de policiers municipaux a doublé passant de 19 à 38 agents pour l’ensemble de la commune. Le nombre de caméras de surveillance a lui aussi progressé de façon exponentielle pour atteindre 200 objectifs braqués sur les rues jocondiennes. Ces deux ambitions figuraient dans le programme du candidat Augis en 2014 de même que la création d’un réseau de voisins vigilants pour prévenir les cambriolages dans les quartiers et celle d’un centre de supervision urbain pour consulter les vidéos en direct (le projet serait en cours). Enfin, à la suite des nombreux incidents à la Rabière, le maire a obtenu de l’Etat la qualification du secteur en tant que Quartier de Reconquête Républicaine signifiant l’arrivée de renforts de policiers nationaux. Des postes partagés avec le Sanitas à Tours et la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps.

 

Un festival en plein boom

Déplacé du centre-ville au Parc de la Rabière et à ses environs, le festival des Années Joué a pris de l’ampleur depuis 2014. Pour sa dernière édition en 2019, il revendiquait près de 40 000 personnes accueillies sur les différents spectacles d’art de rue. Chaque année, ce sont des compagnies de renommée nationale voire internationales qui participent à l’événement devenu un rendez-vous qui compte dans le calendrier de l’agglomération voire de la région. Clairement la vitrine de la ville.

Dans le même temps, l’Espace Malraux a densifié sa programmation, mixant têtes d’affiche nationale et spectacles de danse ou de théâtre. Deux vitrines qui ne font pas oublier que la mairie a supprimé le festival automnal des Folies Foraines, ce qui avait fait polémique en début de mandat.

A lire aussi, sur 37 degrés : le grand bilan de Frédéric Augis depuis 2014 et l’analyse détaillée de sa façon de gouverner.

Météo locale

Recherche

MISE AU POINT...

SPORT...

A TABLE !

UNE PETITE MOUSSE ?

TOP 2019...