Infos pratiques

[Le saviez-vous ?] Des règles strictes pour les ponts métalliques en Indre-et-Loire

L’un d’eux sera rénové en 2020.

L’accident s’est produit peu après 8h ce lundi 18 novembre : alors que plusieurs véhicules étaient engagés sur le pont métallique de Mirepoix-sur-Tarn, l’ouvrage a cédé et il s’est effondré. 1 adolescente de 15 ans est morte ainsi qu'un conducteur de camion, 5 personnes ont été blessées dont deux pompiers. L’ouvrage construit en 1935 mesurait un peu plus de 150m et n’était pas répertorié comme à risque. Néanmoins, il était interdit aux poids lourds de plus de 19 tonnes et selon de premiers éléments de l’enquête il semble que le camion qui traversait au moment de l’accident dépassait largement cette limite. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes pour faire toute la lumière sur ce drame.

--------------

Et en Indre-et-Loire alors, comment ça se passe ? On s’était déjà posé la question au moment de l’effondrement d’un pont autoroutier en Italie à l’été 2018, apprenant que les ouvrages étaient vérifiés régulièrement. Des travaux sont d’ailleurs souvent engagés pour les rénover comme ceux menés à Chisseaux, ou à Tours sur le pont Mirabeau et le pont de l’Alouette.

Le département est également équipé de plusieurs ponts métalliques comparables à celui qui s’est brisé en Haute-Garonne. Le plus connu c’est celui de Langeais, « construit en 1870 et dont les appuis ont été refaits en 1949 » note Patrick Michaud, le vice-président du Conseil Départemental en charge des routes.

L’ouvrage est interdit aux véhicules qui dépassent 7,5 tonnes. Pour le pont de Civray-de-Touraine sur le Cher c’est même 3,5 tonnes maximum :

« Si on a établi ce genre de règles ce n’est pas pour embêter le monde. Les usagers doivent y faire attention. On, peut gagner 2 ou 5km, ou quelques minutes sur un trajet, mais on peut aussi perdre sa vie. Et le temps de réparer un pont après un accident sera largement supérieur au temps gagné par les contrevenants. »

Patrick Michaud, vice-président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire.

Malgré les panneaux d’interdiction placés à l’entrée des ponts, y’a-t-il parfois des véhicules trop lourds qui les traversent ? « Je suis persuadé qu’il y a des contrevenants » estime Patrick Michaud. Pour le savoir la seule solution serait de faire des contrôles aux entrées, et de pénaliser les conducteurs indélicats.

Parmi les ponts métalliques du département, on peut aussi citer celui de Saché interdit aux véhicules de plus de 12 tonnes.

Tous doivent être surveillés et entretenus pour garantir leur solidité. En 2020, le pont de Civray « de type Eiffel » qui date de la fin du XIXe siècle sera justement rénové : « Nous allons en profiter pour aménager une voie cyclable et une voie piétonne pour assurer la continuité du parcours du Cher à Vélo avec une promenade qui n’existe pas aujourd’hui » détaille Patrick Michaud. Une fois ce chantier terminé, pourra-t-on relever le poids maximum des véhicules autorisés à passer ? « C’est possible. Comme il sera neuf, l’ouvrage devrait être plus performant. »

Photos : Google Maps